fbpx

Salon de Farnborough: Boeing peut-il menacer Airbus ?



Salon de Farnborough: Boeing peut-il menacer Airbus ?

Le salon de Farnborough 2022 sera-t-il aussi bouillant que ses organisateurs l’annoncent? Côté météo, sans aucun doute: le mercure devrait atteindre les 40 degrés sur le tarmac de l’aéroport d’affaires de Londres, transformant le salon aéronautique en étuve comparable à la fournaise du Bourget 2019. Côté commandes, le grand raout anglais, premier grand salon de l’ère post-Covid, devrait également faire grimper le thermomètre. De gros contrats sont déjà annoncés du côté de la compagnie américaine Delta, qui pourrait commander une centaine de 737 MAX, ainsi qu’une douzaine d’Airbus A220 supplémentaires. Air India pourrait toper pour des A350 et des A320neo. Selon les analystes de Jefferies, 800 commandes seraient ainsi dans les tuyaux. Mais le chiffre pourrait être supérieur: depuis 2012, les grands salons tournent à une moyenne de 1.000 commandes environ.

Qui dominera les débats cette année? Les deux géants Airbus et Boeing débarquent à Londres avec des ambitions très différentes. Le groupe européen vient sans grande pression. Son carnet de commandes affiche complet, ou presque: le groupe a plus de 7.000 appareils à livrer, dont près de 6.400 monocouloirs de la famille A320neo. Avant même le salon, Airbus est déjà engagé dans une remontée historique de sa cadence de production. Passée de 60 à 40 A320 par mois durant la crise Covid, la cadence des quatre usines d’assemblage (Hambourg, Toulouse, Tianjin, près de Pékin, et Mobile dans l’Alabama) va remonter à 65 avions mensuels d’ici à mi-2023. Airbus vise désormais 75 appareils par mois en 2025, un niveau jamais atteint dans l’histoire.

Succès de l’A350 cargo



Lire la suite
www.challenges.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.