fbpx

Enquête: La Fed devrait relever ses taux de 0,75% en juillet, la probabilité d’une récession relevée à 40%



Enquête: La Fed devrait relever ses taux de 0,75% en juillet, la probabilité d'une récession relevée à 40%

par Prerana Bhat

BANGALORE (Reuters) – La Réserve fédérale américaine (Fed) va de nouveau relever ses taux de 75 points de base mercredi prochain afin de juguler une inflation toujours très élevée, selon la majorité des économistes interrogés par Reuters qui estiment par ailleurs à 40% la probabilité d’une récession l’année prochaine.

Les prix à la consommation ont augmenté en juin de 9,1%, un record en près de 40 ans qui alimente les anticipations d’une hausse de 0,75% des taux de la Fed, voire d’un point de pourcentage.

Plusieurs responsables de l’institution parmi les « faucons » se sont toutefois prononcés en faveur d’une hausse « limitée » à 75 points de base.

Pour 98 des 102 économistes interrogés par Reuters entre le 14 et 20 juillet, la Fed relèvera ses taux de trois quarts de point à l’issue de la réunion des 26 et 27 juillet pour porter l’objectif de taux des fonds fédéraux (« fed funds ») à 2,25%-2,50%. Les quatre autres économistes ont dit s’attendre à une hausse de 100 points de base.

Les contrats à terme sur les ‘fed funds’ ne donnent qu’une chance sur cinq de voir les taux être augmentés d’un point de pourcentage.

Mais l’ampleur du resserrement de la politique monétaire de la banque centrale s’accompagne de craintes accrues de récession.

La médiane des réponses des économistes indique une probabilité de 40% d’une récession aux Etats-Unis au cours de l’année à venir et de 50% dans les deux ans, contre 25% et 40% respectivement dans le sondage juin.

« Il y a un poids inflationniste sur le consommateur, qui continue de s’accumuler et de faire des ravages et qui finit par pousser l’économie vers une légère récession », a déclaré Aditya Bhave, économiste senior chez Bank of America Securities.

Plus de 90% des sondés – soit 47 des 51 personnes interrogées – ont déclaré que toute récession potentielle serait soit légère, soit très légère. Quatre personnes ont déclaré qu’elle serait grave.

Une part importante des économistes s’attend à ce que la Fed ralentisse en septembre à 50 points de base la remontée de ses taux d’intérêt puis à 25 points de base lors des réunions de novembre et décembre.

Plus de 80% des personnes interrogées (82 sur 102) voient le taux des fonds fédéraux s’établir à 3,25%-3,50% ou plus d’ici la fin de l’année.

Les pressions sur les prix devraient rester élevées et supérieures à l’objectif de 2% au cours des prochaines années. L’inflation, mesurée par l’indice des prix à la consommation, devrait ressortir en moyenne à 8,0%, 3,7% et 2,5% en 2022, 2023 et 2024 respectivement.

Le taux de chômage américain devrait se situer en moyenne à 3,7% cette année, avant de remonter à 4% en 2023 et à 4,1% en 2024. Ces chiffres restent faibles en comparaison historique et sont loin des plus hauts atteints au début de la pandémie de COVID-19.

Les prévisions de croissance économique ont quant à elles été revues à la baisse. Après une contraction surprise au premier trimestre, le produit intérieur brut pour la période avril-juin est attendu à +0,7% corrigé des variations saisonnières, contre +3% estimé dans le précédent sondage. Plus d’une personne sur cinq prévoient une nouvelle contraction.

La croissance du PIB a été ramenée à 2,0% pour 2022, contre 2,6% prévus le mois dernier, et abaissée à 1,2% pour 2023, lorsque l’effet des hausses de taux de la Fed se fera pleinement sentir sur l’économie.

(Reportage Prerana Bhat et Indradip Ghosh, avec Susobhan Sarkar et Sarupya Ganguly, version française Laetitia Volga, édité par)



Lire la suite
www.challenges.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.