fbpx

Est-il vrai, comme l’affirme Nicolas Dupont-Aignan, que 5 000 pompiers non vaccinés ont été suspendus ?


Des pompiers repérant un départ de feu dans un espace forestier très dur d'accès, à Landiras, en Gironde, le 17 juillet 2022.

Alors que le ministre de la santé, François Braun, a déclaré au début du mois de juillet que la réintégration des soignants non vaccinés n’était « pas d’actualité », une partie de la classe politique française appelle désormais le gouvernement à s’interroger sur la situation des pompiers non vaccinés. Rappelons que depuis le 15 septembre 2021, les sapeurs-pompiers, à l’instar des soignants, sont soumis à l’obligation vaccinale : ils ne peuvent continuer d’exercer leur métier sans être à jour de leur vaccination contre le Covid-19.

Mais, avec les incendies qui ont touché plusieurs départements français, des députés, notamment au sein des Républicains (LR), ont demandé la « réintégration » des pompiers non vaccinés. « Sincèrement, aujourd’hui, interdire à un pompier d’exercer, ça n’a plus aucun sens », a estimé Olivier Marleix, président du groupe LR à l’Assemblée nationale, sur Franceinfo mercredi 20 juillet.

La veille, c’est son voisin au Palais-Bourbon, Nicolas Dupont-Aignan, qui a dénoncé la « suspension de 5 000 pompiers non-vaccinés ». Un chiffre que le député de l’Essonne n’est pas le seul à citer. Le président des Patriotes, ancien numéro deux du Rassemblement national, Florian Philippot, l’a également relayé sur les réseaux sociaux, en dénonçant les « 5 000 pompiers » empêchés de travailler.

D’où provient ce chiffre ?

Joint par Le Monde, Florian Philippot précise avoir trouvé ce décompte dans un article de Franceinfo, publié le 14 juillet. Du côté de Nicolas Dupont-Aignan, son équipe avance qu’il provient d’informations des services départementaux d’incendie et de secours (SDIS) qui lui ont été communiquées.

Ce chiffre de 5 000 pompiers suspendus date d’octobre 2021 et a, en effet, été communiqué par les SDIS. Précisément, il est issu des remontées de la direction générale de la sécurité civile et de la gestion des crises rattachée au ministère de l’intérieur.

Peu de pompiers sont non vaccinés :

– 140 pompiers professionnels sur 42 000 ont été suspendus (0,3 %) ;

– 5 140 pompiers volontaires sur 240 000 (2,1 %).

« C’est infinitésimal », a réagi sur RMC, Grégory Allione, président de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers. Et de confirmer à son tour : « On est à moins de 2 % des effectifs sur les pompiers volontaires, et encore beaucoup moins sur les effectifs de pompiers professionnels. »

En l’absence d’obligation vaccinale, pourrait-on compter sur 5 000 pompiers supplémentaires pour lutter contre les incendies estivaux, comme le laissent entendre les pourfendeurs de cette mesure sanitaire ? C’est une affirmation à nuancer. « Un pompier volontaire peut être quelqu’un de disponible 364 jours ou un seul jour dans l’année, mais les deux sont comptés sous cette dénomination de “pompier volontaire” », nuance Sébastien Delavoux, représentant syndical CGT-SDIS. « Par ailleurs, ajoute-t-il, il y a peut-être des personnes qui ont été suspendues et qui n’étaient pas disponibles pour intervenir. » Le porte-parole ajoute également que dans ce décompte il existe vraisemblablement des cas de pompiers volontaires indisponibles « vaccinés, mais qui n’ont simplement jamais communiqué leur état vaccinal aux SDIS, ce qui a provoqué leur suspension automatique ».

Enfin, selon la CGT-SDIS, le nombre de pompiers volontaires suspendus n’a pas, globalement, représenté de difficultés supplémentaires dans les équipes, tant le manque d’effectifs chez les soldats du feu était criant avant l’épidémie due au coronavirus. « De mars 2019 jusqu’en janvier 2020, nous avons mené un mouvement de colère pour dénoncer le manque de personnel et dire que nous n’avions pas les moyens de faire notre boulot, et ça, c’était bien avant l’obligation vaccinale et les feux de forêt actuels », souligne M. Delavoux.

Lire aussi : Obligation vaccinale : chez les pompiers, 85 % de vaccinés, mais des disparités régionales





Lire la suite
www.lemonde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.