fbpx

Getlink: Le chiffre d’affaires s’envole avec le rebond de la demande



Getlink: Le chiffre d'affaires s'envole avec le rebond de la demande

(Reuters) – Getlink a publié jeudi des résultats au premier semestre supérieurs aux attentes des analystes, sous l’effet d’une hausse du trafic dans le Tunnel sous la Manche et des bénéfices engendrés par son nouveau projet, ElecLink, qui permet les échanges d’électricité entre la France et le Royaume-Uni.

Avec l’assouplissement des restrictions sur les déplacements liées à la pandémie de COVID-19, le nombre de voyages sous la Manche a rebondi cette année.

Getlink a ainsi enregistré en juin une hausse du trafic pour un sixième mois consécutif, qu’il s’agisse de camions de transports de marchandises ou de véhicules de particuliers.

La compagnie Eurostar, qui figure parmi les principaux clients de Getlink, a enregistré au deuxième trimestre un bond de 1.924% du trafic des trains entre la France, le Royaume-Uni, la Belgique et les Pays-Bas.

En cinq semaines d’activité, le segment ElecLink a contribué à 35 millions d’euros aux résultats du groupe, a indiqué Getlink. Sa mise en service a été effectuée à une période où la France a besoin d’énergie, a commenté le directeur général, Yann Leriche, lors d’une conférence téléphonique avec des journalistes.

Les opérations de maintenance non-anticipées de réacteurs nucléaires d’EDF ont alimenté les pressions provoquées par la réduction des livraisons de gaz russe à destination de l’Union européenne, sur fond de guerre en Ukraine qui a incité des pays du bloc communautaire à s’éloigner de la Russie pour ses besoins énergétiques.

Au premier semestre, le bénéfice de Getlink avant intérêt, impôts, dépréciations et amortissements (Ebitda) a progressé de 206% à 309 millions d’euros. Le consensus ressortait à 282 millions d’euros, selon des données compilées par le groupe.

Getlink n’a pas fourni de prévision pour l’année, citant l’incertitude liée à la situation géopolitique et à la pandémie de COVID-19.

(Reportage Olivier Sorgho et Charlotte Lavin; version française Jean Terzian, édité par Kate Entringer)



Lire la suite
www.challenges.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.