fbpx

La Champagne table sur un rendement record pour « reconstituer ses stocks »


Des vendangeurs de la maison de Champagne Robert Faivre travaillent dans les vignes lors de la premiere journée des vendanges a Curchery, le 20 août 2020.

Dans moins d’un mois, les premiers coups de sécateur devraient être donnés dans le vignoble champenois. Pour l’heure, les vignerons de la région ont le moral au beau fixe en observant l’état de leurs parcelles. Même s’ils restent prudents, tant la météo joue parfois des tours pendables. « Aujourd’hui il pleut, donc nous sommes contents. Nous vivons des situations extrêmes. En 2021, il y a eu beaucoup d’eau et de maladies. Cette année, c’est l’inverse, il y a beaucoup de soleil et de chaleur, ce qui est favorable à la vigne, même si au-delà de 38 °C à 39 °C, les raisins peuvent griller », explique Maxime Toubart, président du Syndicat général des vignerons de la Champagne. Même l’épisode de gel du mois d’avril, qui avait suscité des craintes, n’a finalement pas fait trop de dégâts.

Lors de la traditionnelle réunion entre vignerons et maisons de champagne, organisée mercredi 20 juillet, pour décider du rendement avant la vendange, les violons se sont donc très vite accordés. Il a été fixé à 12 000 kg de raisins à l’hectare. « Un tel niveau de rendement n’avait pas été fixé depuis quinze ans », souligne David Chatillon, directeur général de l’Union des maisons de champagne. « La Champagne veut reconstituer ses stocks », affirme M. Toubart, pour justifier ce niveau de rendement quasi-record.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Champagne : le tabou des cuvées à prix cassés

Le précieux vin à bulles champenois a, en effet, vécu deux années agitées. En 2020, il a été fortement secoué par la crise sanitaire. Avec la fermeture des bars et restaurants, la mise sur pause du transport aérien et l’instauration des mesures de confinement pour juguler la propagation du coronavirus, les ventes ont plongé. Résultat : après des discussions houleuses, le rendement de la vendange avait été fixé à 8 000 kg par hectare. Un crève-cœur pour certains vignerons, qui avaient dû laisser une partie de la récolte dans les vignes alors que la nature était généreuse.

2021, année pétillante pour les ventes

Toutefois, le trou d’air commercial fut de courte durée. Après le creux de 2020 et ses 244 millions de bouteilles commercialisées, les bouchons de champagne ont recommencé à sauter dès le déconfinement. Le Comité interprofessionnel du vin de Champagne, qui regroupe vignerons et maisons, fixa le rendement de la vendange 2021 à 10 000 kg par hectare. Las. Les aléas météorologiques et les attaques de mildiou amputèrent le potentiel de récolte, qui tomba en moyenne à 7 500 kg par hectare. Certains vignerons durent puiser dans leurs réserves pour atteindre le rendement fixé, quand d’autres ne réussirent pas à livrer les volumes escomptés.

Il vous reste 52.8% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Lire la suite
www.lemonde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.