fbpx

TotalEnergies annonce de nouvelles baisses du prix des carburants, « une décision juste et forte », se réjouit Bruno Le Maire : l’actualité politique en direct


09:53 Pour approfondir

Revalorisation des prestations sociales et des retraites, déconjugalisation de l’allocation aux adultes handicapés… Découvrez le contenu du projet de loi sur le pouvoir d’achat

Les députés ont adopté le texte après une semaine de débats houleux à l’Hémicycle.

09:31 Pour approfondir

Un compromis autour de la ristourne à la pompe entre LR et Renaissance

Le budget rectificatif, qui finance notamment la remise de 18 centimes à la pompe, arrive en débat à l’Assemblée, vendredi. Le gouvernement souhaite la remplacer par un chèque sous condition de revenus et ciblant les gros rouleurs. Un point de blocage pour le parti Les Républicains.

09:15

« C’est une décision juste », affirme Bruno Le Maire après l’annonce d’une ristourne à la pompe de TotalEnergies

Le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, a réagi rapidement en saluant la décision de TotalEnergies : c’est « une décision juste, une décision forte et une décision bonne pour les consommateurs », a-t-il déclaré ce matin sur RMC – BFM-TV.

« Ce que rend Total est très significatif par rapport aux bénéfices » réalisés dans le raffinage en France cette année par le groupe, a-t-il ajouté, alors que TotalEnergies est accusé par plusieurs élus de l’opposition et de la majorité d’avoir réalisé des « superprofits » avec la flambée des prix du gaz et du pétrole.

Le géant du transport maritime CMA CGM, lui aussi visé par ce type d’accusations avec la hausse des coûts du transport par conteneurs, a également annoncé vendredi une nouvelle baisse de ses tarifs.

« Notre priorité va donc aux consommateurs, car nous préférons faire une contribution immédiate et directe pour nos clients, plutôt qu’une taxe indirecte qui pénaliserait nos raffineries », a commenté dans le communiqué Patrick Pouyanné, PDG de TotalEnergies.

Le groupe assure que la baisse de prix s’appliquera « dès le premier litre acheté, sans limite de montant, pour tous les carburants pétroliers vendus en stations ».

09:11

La remise de TotalEnergies à partir du 1er septembre sur le prix des carburants est « la moindre des choses », selon Laure Lavalette

« C’est la moindre des choses », a réagi à l’Assemblée nationale la députée du Var et porte-parole du Rassemblement national à l’annonce de TotalEnergies d’appliquer une baisse de 20 puis 10 centimes d’euros par litre d’essence à partir du 1er septembre.

« C’est un sujet qui a tenu à cœur Marine Le Pen pendant toute cette campagne. Je ne sais pas comment les Français vont accueillir cette mesure dans la mesure où on en a marre des ristournes, on en marre des chèques, on a envie d’avoir des réponses assez structurelles et pérennes (…) Les Français ne veulent pas l’aumône, on a besoin d’avoir des mesures structurelles et pérennes qui redonnent du pouvoir d’achat », a-t-elle insisté.

08:58 Urgent

TotalEnergies annonce de nouvelles baisses du prix des carburants jusqu’à la fin de l’année

Le géant gazier et pétrolier français TotalEnergies va appliquer une remise à la pompe de 20 centimes par litre entre septembre et novembre dans toutes ses stations-service, puis à 10 centimes par litre sur le reste de l’année, a-t-il annoncé ce matin dans un communiqué. « Du 1er septembre au 1er novembre, TotalEnergies baissera le prix des carburants pétroliers vendus en stations de 20 centimes par litre par rapport aux prix formés sur les cotations des marchés internationaux, puis de 10 centimes par litre du 1er novembre au 31 décembre », précise le communiqué.

L’engagement pris par le groupe survient après plusieurs semaines d’incitation de la part du gouvernement et devrait avoir des conséquences, dès vendredi après-midi, sur les débats du projet de loi de finances rectificative. Les Républicains souhaitaient, en effet, baisser les taxes sur l’essence pour ramener les prix à 1,50 euro du litre. Une option écartée pour des raisons budgétaires par Bercy, qui ne souhaite pas augmenter l’enveloppe allouée au carburant, soit 4,4 milliards d’euros.

La députée Véronique Louwagie, cheffe de file des élus Les Républicains à la commission des finances, a confié à notre journaliste Elsa Conesa, ce matin, espérer porter de 18 à 40 centimes la ristourne jusqu’à la fin de l’année, ramenant ainsi le litre à 1,68 euro. « C’est notre ligne rouge,Il faut que la ristourne permette vraiment de se rapprocher des 1,50 euro. Si on descend à 30 centimes, ça ne sera vraiment pas beaucoup. Après, il peut y avoir un effort supplémentaire des groupes pétroliers… », précisait-elle quelques heures avant l’annonce de TotalEnergies.

08:54

« Cette loi pouvoir d’achat est imparfaite », reconnaît la députée RN Laure Lavalette

Laure Lavalette, députée du Rassemblement national (RN), était l’invitée de la matinale Franceinfo. Elle s’est notamment expliquée sur le vote du RN en faveur de la loi sur le pouvoir d’achat. « Depuis le début, nous serions une opposition constructive et qu’il y avait urgence à rendre du pouvoir d’achat à nos concitoyens, a-t-elle dit. Parce que je vous rappelle qu’après le quinquennat d’Emmanuel Macron, il y a eu défaillance pendant cinq ans, maintenant il y a eu urgence. (…) Cette loi est complètement imparfaite, on le dit depuis le début, on savait qu’elle serait imparfaite. On a essayé de l’amender, de la rendre la moins imparfaite possible. On a quelques victoires », a-t-elle dit en citant l’allocation adulte handicapée.

Pourquoi avoir refusé de voter pour le smic à 1 500 euros défendu par la Nupes, lui a-t-il été demandé. « Effectivement, nous avons voté contre, parce que c’est une mesure qui nous paraît complètement aberrante, qui va mettre l’économie à plat. On sait très bien que ça va appauvrir les classes moyennes parce que, quand on a un smic à 1 500 euros, quid du N + 1 ou du N + 2 ?, s’est-t-elle interrogé. Augmenter le smic d’un peu plus de 100 euros net aurait envoyé un signal au marché qui faisait qu’on allait rerentrer dans une inflation déjà galopante », a-t-elle justifié.

Les marchés plutôt que les petits salaires ? « Je dis que les TPE-PME sont le poumon de la France, que, sans elles, on ne peut pas faire et que, pour les avoir beaucoup vues sur le terrain, elles nous disent “ça n’est pas possible, nous n’allons pas y arriver”. Toutes les mesures de Marine Le Pen rendent 200 euros à peu près par mois de pouvoir d’achat, donc, vous voyez, l’un dans l’autre, que finalement ça compense ce smic à 1 500 euros. »

08:19

« La gauche sert sur un plateau la respectabilité du Rassemblement national », estime Aurore Bergé

« On a un effet de contraste saisissant quand on siège à l’Hémicycle avec la Nupes et notamment LFI et le Rassemblement national », a estimé Aurore Bergé sur le plateau des « 4 Vérités » de France 2.

« Il y a ceux dans une logique en permanence d’obstruction, de sectarisme, violente aussi dans leurs expressions et on l’a vu tout au long des débats et puis il y a ceux qui cherchent à acquérir une respectabilité, une notabilisation, a-t-elle analysé. Et le problème, c’est que la gauche sert sur un plateau la respectabilité du RN. Plus elle est vindicative, plus est sectaire, plus elle est violente, plus on a l’impression que le RN devient fréquentable et respectable. Notre responsabilité, c’est d’aller les confronter sur le fond des sujets, sur les valeurs. La première proposition de loi que j’ai déposée c’est sur l’IVG. Et là-dessus, je crois qu’on verra très clairement les lignes de fractures avec le Rassemblement national », a-t-elle avancé.

Concernant le carburant, la députée des Yvelines semble prête à aller dans le sens des Républicains, comme l’a laissé entendre Bruno Le Maire dans la semaine, et voter une réduction de 30 centimes du prix à la pompe dans le projet de loi de finances rectificative. « Si, pour aboutir sur ce texte et mieux protéger les Français, il vaut mieux abandonner l’idée immédiate d’une mesure ciblée pour permettre d’avoir une ristourne pour l’ensemble des Français sur le prix payé à la pompe, alors oui, ça sera à nous de faire cet effort », a fait savoir Mme Bergé.

Ce qui est sûr, c’est que ça ne peut pas être une mesure pérenne. Aujourd’hui, les 18 centimes en moins, c’est 750 millions de dépenses chaque mois [pour l’Etat]. Pour réduire à 30 centimes, vous pouvez faire le ratio et vous voyez l’impact. Si on maintient cette mesure et si on l’augmente jusqu’à la fin de l’année, évidemment ça aura un impact. Ce qu’on a proposé dans ce texte c’est qu’au 1er janvier, ce soit les entreprises qui prennent le relais (…) c’est cette alliance Etat et entreprise qui doit pouvoir fonctionner. 

08:07

Le détail des votes sur l’ensemble du projet de loi

Pour rappel, les suppléants des ministres ne peuvent pas encore prendre part au vote puisque le gouvernement a été nommé il y a moins d’un mois.

07:58

« La gauche n’a pas été au rendez-vous » du projet de loi sur le pouvoir d’achat, regrette Aurore Bergé

La cheffe de file des députés Renaissance à l’Assemblée nationale était l’invité des « 4 Vérités » sur France 2 ce matin. Elle est revenue sur l’adoption du projet de loi sur le pouvoir d’achat, rejeté par tous les élus de la coalition de gauche à l’Hémicycle.

« Ce qui m’étonne, c’est que la gauche n’a pas été au rendez-vous du tout de ce texte, puisque incapable de le voter allant même jusqu’à voter contre, a-t-elle souligné. On peut considérer que ça ne va pas assez loin, on peut considérer, et je suis d’accord, qu’il va falloir que les salaires augmentent et, en vérité, ils augmentent dans certains secteurs, je pense à l’hôtellerie ou la restauration. (…) De là à voter contre, à la fin, sur ce texte, voter contre l’augmentation des retraites, l’augmentation des APL, voter contre l’allocation adulte handicapée, je crois que c’est de l’irresponsabilité de la part de la gauche et je ne suis pas certaine que c’est que ce ça que les Français attendaient de nous. »

Le gouvernement a bénéficié des voix du Rassemblement national et des Républicains pour faire voter ce texte. Est-ce le signe que la majorité penche à droite ? « Les choses vont se passer en fonction des textes et des projets de loi, a répondu Mme Bergé. Je ne peux pas miser sur l’ouverture ou le sectarisme des uns et des autres. Est-ce que c’est de bon aloi que la gauche vote contre toutes les mesures en faveur du pouvoir d’achat des Français, c’est à eux qu’il faut aller poser la question, selon la députée des Yvelines. C’est eux que les Français doivent interpeller en leur demandant pourquoi à la fin ils préfèrent voter contre ce qui permet tout de suite d’améliorer le pouvoir d’achat des Français », a-t-elle insisté, avant d’ajouter :

Après, moi, je ne vais pas aller négocier avec l’extrême gauche ni avec l’extrême droite. Il y a des lignes rouges qu’on se fixe parce qu’il y a des lignes rouges en matière de valeur. (…) A la fin, la seule chose qui m’importe, c’est de savoir si ce texte va dans le bon sens pour les Français. La réponse était oui et je suis heureuse qu’il ait été adopté.

07:46

A l’agenda de ce vendredi

  • Nouvelles discussions dans l’Hémicycle. Après une courte nuit, les députés reprendront place à leur siège à l’Assemblée, dès 15 heures, pour une première séance publique sur le projet de loi de finances rectificative (PLFR) avant une seconde à 21 h 30 et jusqu’à minuit. Les sénateurs examineront le premier texte, d’abord en commission, une fois qu’il aura été adopté par l’Assemblée.
  • Politique de la ville. Elisabeth Borne se rendra à Vaulx-en-Velin (Rhône), dès 17 h 30, accompagnée d’Olivier Klein, ministre délégué auprès du ministre de la transition écologique et de la cohésion des territoires, chargé de la ville et du logement. Elle ira « à la rencontre des agents et associations de la ville qui mettent en place des activités culturelles et sportives pendant l’été pour les jeunes » de la ville, a fait savoir Matignon. La première ministre visitera ensuite une médiathèque, avant de s’entretenir avec des élus locaux, « afin de revenir sur la situation dans les quartiers et la mise en œuvre de la politique de la ville ».
  • Négociations. Le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, se rendra en Corse de vendredi 22 à samedi 23 juillet dans le cadre du « cycle historique » de négociations, ouvert entre le gouvernement et les élus corses.

07:36

Le projet de loi sur le pouvoir d’achat voté au bout de la nuit

En première lecture, les députés sont parvenus à voter ce texte, qui avait valeur de test pour la majorité relative du président de la République, dans les délais impartis pour une mise en application rapide. C’est à 5 h 48 ce matin, que 341 députés ont voté en faveur de ce projet de loi, 116 ont voté contre et 21 se sont abstenus.

07:33

Que retenir de la journée d’hier ?

07:30

Bonjour et bienvenue dans ce direct !

Nous sommes ensemble toute la journée pour vous faire vivre en direct l’actualité politique de ce vendredi 22 juillet. N’hésitez pas à nous faire parvenir vos remarques et questions, comme vous en avez pris l’habitude. Excellente journée sur Lemonde.fr  !



Lire la suite
www.lemonde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.