fbpx

Cascarino insaisissable, Miedema trop juste… Nos Tops et nos Flops après France-Pays-Bas


Après la qualification des Bleues pour les demi-finales de l’Euro face aux Néerlandaises (1-0), découvrez ce qui a retenu l’attention de la rédaction.

TOPS

Delphine Cascarino, le festival mal récompensé

À l’image d’un Euro particulièrement abouti jusqu’à présent, la feu follet lyonnaise a réalisé un véritable festival, donnant le tournis aux Néerlandaises. Simplement, il aura manqué un but à Delphine Cascarino pour réaliser le match parfait. Celui-ci aurait pu survenir à la 27e minute lorsqu’elle décochait une superbe reprise de volée mais le ballon venait s’écraser sur la base du poteau d’une gardienne adverse pour une fois battue. Ce qui n’était pas le cas à la fin des arrêts de jeu, lorsqu’elle repoussait une bonne tentative de l’ailière française, repassée sur son côté droit de prédilection avec la sortie de Malard et le recentrage de Diani. La Lyonnaise a sans conteste été la meilleure Bleue sur ce quart.

La muraille Stefanie Van der Gragt

Sauver un ballon sur sa ligne est déjà rare pour un défenseur. Mais alors deux, cela touche de l’exceptionnel. C’est pourtant la performance qu’a accomplie ce samedi Stefanie van der Gragt. Le tout en cinq minutes chrono. D’abord à la 36e minute, sur une tentative aux cinq mètres de Melvine Malard que la Lyonnaise expédiait droit sur elle. Comme toujours dans ce cas-là, difficile de savoir s’il faut attribuer le mérite à la défenseuse bien replacée, ou le tort à l’attaquante qui la met pile là où il ne faut pas. Toujours est-il qu’à la 41e, van der Gragt prenait goût au fait de jouer les gardiennes de luxe sur une tentative de Grace Geyoro qu’elle repoussait quasi miraculeusement.

Daphne van Domselaar, la (quasi) héroïne des Pays-Bas

Dire qu’elle ne devait jouer que les doublures de Sari van Veenendaal sur cet Euro. Pour apprendre, à seulement 22 ans. Mais finalement, une blessure de la gardienne du PSV Eindhoven et Daphne van Domselaar a été propulsée en pleine lumière. Ce qu’elle a parfaitement assumé, notamment sur ce quart de finale lors duquel elle a multiplié les arrêts décisifs. Notamment dans les arrêts de jeu du temps réglementaire face à Delphine Cascarino, puis sur une tête de Wendie Renard qu’elle est parvenue à détourner du bout du bout des doigts. Finalement, il aura fallu un penalty d’Eve Perisset, qu’elle était si proche de détourner, pour lui faire mettre un genou à terre. Au terme d’un match à… 10 arrêts. Excusez du peu…

FLOPS

Le manque de réalisme des Bleues

Certes, la gardienne néerlandaise a fait un grand match. Certes, le poteau a été récalcitrant sur un tir de Cascarino. Certes, la résistance des Pays-Bas aura parfois tenu du miracle. Mais celui-ci tient aussi au manque de réalisme parfois terrifiant des filles de Corinne Diacre. Il aura fallu 32 tirs (!) aux Bleues pour inscrire un malheureux petit but. Rassurante et prometteuse face à l’Islande, Melvine Malard a sombré dans le costume de Marie-Antoinette Katoto ce samedi. Et la meilleure buteuse française sur cet Euro, Grace Geyoro, a symbolisé ce manque d’opportunisme sur une tête à bout portant à côté à la 87e alors qu’elle avait un but vide devant elle.

Le fantôme de Vivianne Miedema

L’image est cruelle pour l’une des meilleures joueuses du monde, quasiment incapable de se mouvoir en seconde période de la prolongation, peut-être en raison de crampes. Ou des conséquences du Covid-19 qui l’avait privée des deux précédents matches des Pays-Bas. Toujours est-il que Vivianne Miedema, malgré tout son talent, aura traversé ce quart de finale comme une âme en peine, incapable de se procurer la moindre occasion et manquant d’un peu de tout, de vitesse, de percussion, de justesse technique. Une prestation catastrophique, à l’image de celle des Néerlandaises dans leur ensemble, qui auront juste existé un petit quart d’heure à la reprise de la seconde période. Mais avec seulement un tir cadré en 120 minutes, difficile d’espérer s’imposer.



Lire la suite
www.lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.