fbpx

Le Maire-Coquerel, l’improbable tandem des finances publiques


Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, lors de son audition sur le PLFR 2022 devant la commission des finances, présidée par Éric Coquerel (à droite), à Paris, le 7 juillet. Jacques Witt/SIPA/Jacques Witt/SIPA

RÉCIT – L’entente entre les deux hommes est cordiale mais sans concessions.

C’est à peine s’ils viennent de la même planète. Depuis leur jeunesse, tout les oppose. Quand Bruno Le Maire passait son baccalauréat au très chic lycée parisien Saint-Louis-
de-Gonzague au milieu des années 1980, Éric Coquerel, de dix ans son aîné, militait sous la très rouge bannière de la Ligue communiste révolutionnaire (LCR). En 2008, l’un est repéré par la sarkozie au pouvoir et propulsé secrétaire d’État aux Affaires européennes. L’autre théorise la menace d’une sortie de l’Union européenne dans le cadre du futur programme de son candidat Jean-Luc Mélenchon.

Plus récemment, en 2021, Bruno Le Maire, alors ministre des Finances, prévenait que «le “quoi qu’il en coûte”, c’est fini» pour sortir de la crise économique du Covid, quand Éric Coquerel publiait un nouvel essai, au titre évocateur: Lâchez-nous la dette!

À force de rebondissements de la vie politique, leurs routes ont fini par se croiser. Élu président de la commission des finances de l’Assemblée – un poste qui revient à un député…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 77% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous



Lire la suite
www.lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.