fbpx

Les actions freinées par la nervosité sur la Chine, le pétrole baisse



Les actions freinées par la nervosité sur la Chine, le pétrole baisse

par Laetitia Volga

PARIS (Reuters) – Les Bourses européennes ont terminé sans grand changement lundi, le retour des inquiétudes sur l’économie chinoise impactant l’appétit des investisseurs pour les actifs risqués ainsi que les cours pétroliers.

Après une séance en yo-yo, le CAC 40 à Paris a pris 0,25% à 6.569,95 points. Le Footsie britannique a gagné 0,11% et le Dax allemand 0,15%.

L’indice EuroStoxx 50 a fini en hausse de 0,34%, le FTSEurofirst 300 de 0,31% et le Stoxx 600 de 0,34%.

Au moment de la clôture en Europe, les trois grands indices de Wall Street effaçaient leurs pertes pour évoluer autour de l’équilibre.

Les marchés mondiaux sont freinés par une série de données chinoises qui ont montré que l’activité économique a ralenti le mois dernier, soulignant l’ampleur du défi économique auquel sont confrontés les autorités de Pékin et incitant la Banque populaire de Chine à abaisser de manière inattendue deux de ses principaux taux directeurs.

Pour les analystes de Nomura, ce soutien pourrait être « trop faible, trop tardif et inefficace ».

« Selon nous, la croissance de la Chine au second semestre sera considérablement entravée par sa stratégie zéro COVID, la détérioration du secteur immobilier et un ralentissement probable de la croissance des exportations », ont-ils déclaré dans une note.

Pour les investisseurs, l’un des principaux rendez-vous économiques de la semaine sera la publication, mercredi, des ventes au détail aux Etats-Unis et du compte rendu de la dernière réunion de la Réserve fédérale.

Alors que la saison des résultats touche à sa fin, ils suivront également les publications trimestrielles de quelques grands distributeurs américains, dont Walmart mardi et Target mercredi.

PÉTROLE

Les cours du pétrole reculent nettement, les signes de ralentissement de l’économie en Chine alimentant les craintes de récession.

Le Brent perd 3,95% à 94,27 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 4,02% à 88,39 dollars.

Le marché attend en outre d’ici minuit la réponse de l’Iran à la proposition de l’Union européenne visant à relancer les discussions pour sauver l’accord de 2015 sur le nucléaire, qui pourrait accroître l’offre mondiale.

VALEURS

Avec les inquiétudes concernant la croissance de l’économie chinoise, le secteurs des matières premières (-1,62%) a accusé la plus forte baisse du jour, devant le compartiment pétrolier (-1,31%).

Lanterne rouge du CAC 40, TotalEnergies a abandonné 2,35%. ArcelorMittal a cédé 1,31%. A Londres, Shell et Rio Tinto ont perdu respectivement 1,49% et 2,24%.

En hausse, HelloFresh a pris 2,66% après avoir confirmé ses objectifs à moyen terme et s’être dit « prudemment optimiste » pour le second semestre et Henkel a gagné 0,52% après avoir relevé son objectif de croissance de chiffre d’affaires annuel.

Le groupe pharmaceutique AstraZeneca a avancé de 2,33% après avoir annoncé qu’un essai a confirmé le bénéfice du médicament Enhertu, développé avec le japonais Daiichi Sankyo, chez des patientes atteintes d’une forme avancée du cancer du sein et précédemment traitées avec un autre traitement.

LES INDICATEURS DU JOUR

Aux Etats-Unis, l’indice NAHB/Wells Fargo, qui mesure le sentiment des promoteurs immobiliers, est tombé à 49 en août, son plus bas niveau depuis la crise sanitaire, en raison de la hausse des coûts de construction et les taux hypothécaires.

L’activité manufacturière dans la région de New York s’est fortement dégradée ce mois-ci pour tomber en zone de contraction, à -31,3.

CHANGES

Sur le marché des changes, les indicateurs économiques inférieurs aux attentes profite au dollar, en hausse de 0,59% face à un panier de devises de référence.

L’euro recule à 1,0187 dollar, proche d’un plus bas d’une semaine atteint plus tôt à 1,0179.

TAUX

Les rendements des emprunts d’Etat de la zone euro ont chuté, les investisseurs s’inquiétant d’une possible récession après les statistiques chinoise et dans un contexte de craintes pour l’économie allemande en cas d’un rationnement du gaz cet hiver.

Le rendement du Bund à dix ans a perdu neuf points de base à 0,903%.

Son équivalent américain lâche plus de sept points à 2,777%.

(Rédigé par Laetitia Volga, édité par Camille Raynaud)



Lire la suite
www.challenges.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.