fbpx

Syndicats étudiants: comment la Fage et l’Unef s’affrontent



Syndicats étudiants: comment la Fage et l'Unef s'affrontent

Le 15 août 2022, l’Unef, deuxième plus important syndicat étudiant de France, publiait son enquête sur le coût de la vie étudiante; le 16 août, c’était au tour de la Fage, l’organisation la plus représentative, de dévoiler son indicateur du coût de la rentrée étudiante 2022. Un nouvel épisode dans la discrète lutte que se livrent l’Unef (Union nationale des étudiants de France), le leader historique du syndicalisme étudiant français aujourd’hui distancé, et la Fage (Fédération des associations générales étudiantes), qui mène la danse depuis la deuxième moitié des années 2010.

« La publication de ces enquêtes est un moment médiatique central pour ces organisations, explique Tristan Haute, maître de conférences en science politique à l’université de Lille et spécialiste du syndicalisme étudiant. Elles font de nombreux passages dans les médias, sur des thématiques qu’elles maîtrisent. Le choix de la deuxième quinzaine d’août est stratégique: l’actualité est très calme ». Alors, forcément, chacune des organisations cherche à tirer la couverture médiatique sur elle – et la publication des deux rapports coup sur coup, pour le chercheur, n’a rien d’un hasard. Pour la Fage, 68 élus sur 182 au conseil d’administration des Crous, l’enjeu est de se faire davantage connaître du grand public, explique Tristan Haute. Pour l’Unef, 52 élus sur 182, l’intérêt est de développer une image plus consensuelle après des polémiques médiatiques à propos, par exemple, de réunions non mixtes organisées par le syndicat, continue le chercheur.

« Allocation d’autonomie universelle » contre réforme des bourses

Du côté des deux organisations, on pointe un hasard total du calendrier. Mais on ne retient pas les coups contre la publication du concurrent. « La Fage fait une enquête exclusivement sur le coût de la rentrée, s’agace Imane Ouelhadj, présidente de l’Unef. Elle s’arrête en septembre. Du coup, c’est un peu compliqué pour évaluer le coût de la vie étudiante sur le long de l’année. En termes de méthodologie, ils partent d’un profil particulier: un étudiant de vingt ans, non boursier, qui n’habite pas chez ses parents. Nous, on étudie plusieurs profils. »





Lire la suite
www.challenges.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.