fbpx

Covid-19: Pourquoi Agnès Buzyn est devenue l’ennemie publique numéro 1



Covid-19: Pourquoi Agnès Buzyn est devenue l'ennemie publique numéro 1

J’ai beaucoup d’estime pour Agnès Buzyn, qui fut notre ministre de la Santé de 2017 à 2020, donc notamment, pour son malheur, au tout début de la pandémie de Covid-19. Qu’elle soit mise en examen pour « mise en danger de la vie d’autrui » m’a toujours paru une inquiétante aberration. J’y vois une nouvelle illustration de ce que je dénonce depuis des années: la judiciarisation croissante de notre vie politique, qui consiste à demander aux tribunaux – et non plus aux électeurs – de juger du bien-fondé d’une politique ou de sanctionner d’éventuels échecs.

C’est nous tirer une balle dans le pied: s’ils se savent perpétuellement passibles d’une sanction pénale, nos ministres ne penseront plus qu’à se protéger, privilégiant l’action la moins risquée (pour eux) plutôt que la plus efficace (pour le pays). Politique de gribouille et de pantouflards, qui font payer à d’autres, bien sûr après-coup, des risques qu’eux-mêmes seraient bien incapables de prendre! Une mise en examen n’est pas la même chose qu’une condamnation. Attendons donc que la Cour de justice de la République rende son verdict… Mais il se trouve que Le Monde, dans son édition datée du 26 octobre, vient de publier un long article qui relate par le menu la façon dont Agnès Buzyn vécut cette si difficile période.



Lire la suite
www.challenges.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.