fbpx

Pourquoi Anne Hidalgo veut mettre les propriétaires immobiliers à contribution


La dette de la mairie de Paris avoisine les 8 milliards d’euros. Emmanuel Dunand / AFP

DÉCRYPTAGE – Les propriétaires de résidences secondaires et de logements vacants sont dans le viseur de la maire de Paris. Même les propriétaires de résidences principales devront passer à la caisse.

À Paris, l’immobilier coûte cher même si les prix ne flambent plus comme ces dernières années, mais, en contrepartie, la fiscalité locale est moins lourde qu’ailleurs en France. Tous les Parisiens seront exonérés de la taxe d’habitation l’an prochain et ne paient, en moyenne, «que» 710 euros de taxe foncière, contre 853 euros pour l’ensemble des Français. L’écart risque de se réduire car Anne Hidalgo a eu la main très lourde. Contrairement à sa promesse de campagne en 2020 de ne pas augmenter les impôts, la maire de Paris a alourdi la taxe foncière dont le taux grimpera de 7 points (13,5% à 20,5% en 2023).

«On avait dit, pendant la campagne, que nous n’augmenterions pas les impôts, a reconnu l’élu socialiste, mais il s’est passé depuis beaucoup de choses : la crise du Covid, le crise ukrainienne, la crise énergétique, des crises systémiques qui s’inscrivent dans la durée». Cette décision «permettra de maintenir une haute qualité de nos services publics, de continuer à investir dans…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 87% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 0,99€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous



Lire la suite
www.lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.