fbpx

Les actions en légère hausse, le dollar s’apprécie, le pétrole recule



Les actions en légère hausse, le dollar s'apprécie, le pétrole recule

par Claude Chendjou

PARIS (Reuters) – Wall Street est attendue en légère hausse mardi et les Bourses européennes, à l’exception de Londres, sont également dans le vert à mi-séance mais la faiblesse des gains témoigne d’une certaine prudence l’attentisme avant le résultat des élections de mi-mandat aux Etats-Unis et les nouvelles données sur l’inflation américaine prévues jeudi. Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en hausse/baisse de 0,33% pour le Dow Jones, de 0,30% pour le Standard & Poor’s 500 et de 0,53% pour le Nasdaq. À Paris, le CAC 40 est à l’équilibre à 6.416,87 vers 12h15 GMT. À Francfort, le Dax avance de 0,33%. A Londres, le FTSE perd en revanche 0,09%, pénalisé notamment par le repli des ressources de base (-0,79%).

L’indice paneuropéen FTSEurofirst 300 prend 0,27%, l’EuroStoxx 50 de la zone euro gagne 0,30% et le Stoxx 600 0,24%.

Sur fond de mécontentement croissant de la population face à la hausse des prix, les observateurs de la vie politique américaine s’attendent à ce que les républicains reprennent le contrôle de la Chambre des représentants, renouvelée entièrement, voire du Sénat, renouvelé au tiers, dans le cadre des élections de mi-mandat de ce mardi.

Les résultats s’annoncent toutefois serrés dans plusieurs Etats et ils pourraient ne pas être tous connus avant plusieurs jours.

« La question pour beaucoup est de savoir si les investisseurs réagiront positivement à une impasse à Washington », écrit Craig Erlam, analyste marchés chez Oanda. Pour nombre de traders, une victoire des républicains pourrait se traduire par une baisse des dépenses, permettant ainsi à l’inflation de refluer, mais une administration bloquée alors que se profile une récession est dans le même temps redoutée.

Sur le plan macroéconomique, les investisseurs sont également dans l’attente jeudi des chiffres mensuels des prix à la consommation, qui permettent d’évaluer la trajectoire future des taux d’intérêt. Le consensus Reuters table sur un ralentissement de la hausse à 8,0% sur un an en octobre après un gain de 8,2% en septembre.

En zone euro, où l’on redoute une récession imminente, les ventes au détail ont rebondi de 0,4% en septembre sur un mois mais elles continuent d’accuser une baisse sur un an, de 0,6%, selon les données publiées mardi par Eurostat.

Deux membres du Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE) ont par ailleurs indiqué que l’institution de Francfort poursuivrait le relèvement de ses taux d’intérêt même si l’économie de la zone euro en souffre. LES VALEURS À SUIVRE À WALL STREET

VALEURS EN EUROPE

Parmi les grands secteurs de la cote européenne, l’appétit pour le risque continue de soutenir le compartiment technologique (+2,09%), meilleure performance du Stoxx 600, dans le sillage de la clôture en hausse du Nasdaq aux Etats-Unis lundi. A l’opposé, le compartiment défensif de l’immobilier (-0,4%) accuse l’une des plus fortes baisses. Aux valeurs individuelles, Carrefour cède 1,54%, à contre-courant du secteur de la distribution qui avance de 1,02%. Le nouveau plan stratégique 2026 présenté par le groupe, qui prévoit une hausse des investissements et une réduction des coûts face à l’inflation, a laissé les analystes, notamment ceux de Bernstein, sur leur faim.

Renault, qui a également présenté son plan stratégique pour doper sa marge opérationnelle d’ici 2025, perd 2,15%, des analystes soulignant le manque de précision sur les discussions avec Nissan concernant l’avenir de l’alliance.

Ailleurs en Europe, UBS recule de 1,13%, des perquisitions ayant été menées dans des locaux en Allemagne du groupe suisse dans le cadre d’une enquête pour blanchiment d’argent.

Le promoteur immobilier britannique Persimmon chute de 6,5% après un avertissement sur sa marge bénéficiaire 2023 dans un contexte de baisse des prix dans le secteur.

Côté hausse, le joallier danois Pandora bondit de 6,97% à la faveur de résultats trimestriels supérieurs aux attentes.

CHANGES

Le dollar repart à la hausse (+0,21%) face aux autres devises après deux séances de baisse. Certains analystes estiment toutefois qu’une victoire des républicains aux élections américaines de mi-mandat serait positive pour les obligations et négative pour le billet vert en cas de blocage des projets de relance budgétaire.

L’euro repasse sous la parité avec le billet vert à 0,9995 dollar (-0,24%).

TAUX

Les rendements obligataires à long terme varient peu dans l’attente des résultats des élections et des chiffres de l’inflation aux Etats-Unis.

Celui des bons du Trésor américain à dix ans s’affiche à 4,20% et son équivalent allemand de même échéance se traite à 2,34%, en hausse d’environ deux points de base.

PÉTROLE

Les cours pétroliers sont pénalisés par les craintes d’une récession économique, la poursuite d’une politique « zéro COVID-19 » en Chine et l’appréciation du dollar.

Le Brent cède 0,42% à 97,51 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 0,71% à 91,14 dollars le baril.

(Rédigé par Claude Chendjou, édité par Sophie Louet)



Lire la suite
www.challenges.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.