Indochine à l’Accor Hôtel Arena, le premier concert-test de France



Indochine à l’Accor Hôtel Arena, le premier concert-test de France

Publié le :

Le groupe Indochine se produit, samedi, pour un concert-test devant 5 000 volontaires qui ont accepté de se faire tester pour vérifier qu’ils ne sont pas atteints du Covid-19. L’objectif de cet événement est d’observer, sous supervision médicale, les cas de contamination dans ce genre d’événement.

Ce concert est le premier d’une série de tests grandeur nature voulus par le gouvernement et destinés à observer les moments de relâchement où le public peut être tenté de retirer son masque, par exemple, afin d’étudier la façon dont le Covid-19 se propage dans de grands rassemblements culturels et festifs. Un groupe témoin de 2 500 autres spectateurs, qui suivront le concert de chez eux, doit permettre d’établir des comparaisons. Ce test doit aider à déterminer dans quelles conditions les concerts pourront reprendre dans les prochains mois.

Deux cents ans après son décès, on se penche sur l’héritage de Napoléon. À Paris, La Villette lui consacre une grande exposition qui retrace les principales étapes de sa vie, de son couronnement comme empereur aux guerres qu’il a menées en passant par l’esclavage qu’il a rétabli dans les colonies de Guadeloupe et de Saint-Domingue, lorsqu’il était Premier consul. Pour retracer son parcours, La Villette expose notamment des objets lui ayant appartenu, comme le carrosse utilisé lors de son second mariage, avec Marie-Louise d’Autriche.

Il aura fallu quatre ans au Musée Carnavalet pour s’offrir une nouvelle jeunesse. Installé dans un hôtel particulier du XVIe siècle, le musée d’histoire de la ville de Paris était peu adapté au public à mobilité réduite. Les travaux ont permis de le rendre plus accessible à tous mais aussi de réorganiser les collections pour les rendre plus lisibles.

À Bordeaux, « Memoria : récits d’une autre Histoire » donne la parole à 14 artistes africaines. L’exposition fait la part belle à la mémoire collective, composée de récits, questionnements ou expériences issues de nos mémoires intimes. À travers leurs œuvres, ces femmes parlent de leur vision du continent, de son histoire et de ses diasporas.

Enfin, avec « Le grand jeu », la BnF laisse cinq co-commissaires présenter leur vision de l’œuvre d’Henri Cartier-Bresson. Ces commissaires ont tous un lien étroit à la photographie, comme le réalisateur Wim Wenders, l’écrivain Javier Cercas, la photographe Annie Leibovitz, le collectionneur François Pinault et la directrice du département des Estampes et de la Photographie de la BnF, Sylvie Aubenas. Chacun a choisi une cinquantaine d’images du photographe – sans connaître les choix des autres – et les a mises en scène selon sa propre vision de l’œuvre de Cartier-Bresson, présentant ainsi au total cinq expositions et scénographies parallèles.



Lire la suite
www.france24.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *