Aya Nakamura, Ladyhawke, Texas…Découvrez notre playlist du week-end


Un futur hit de l’été, le retour en verve de Sharleen Spiteri ou l’électro-funk néo-zélandaise… Quelle sera la bande-son notre bande-son de votre fin de semaine ?

Texas ou la nostalgie de l’amour

À l’origine, le groupe de Summer Son devait sortir un album de morceaux retrouvés au fond de vieux cartons. Et puis, finalement, « trouver ces anciennes chansons, ça a été comme une gifle et ça nous a inspirés », confie la chanteuse Sharleen Spiteri au Télégramme. Hi, sorti aujourd’hui, est donc bien un album de titres inédits, avec notamment le sombre Just Want To Be Liked, dans lequel la chanteuse raconte une nouvelle fois ses déboires amoureux, elle qui voulait « juste un ami » dans I Don’t Want a Lover. C’était en 1989… C.B

Blackberry Smoke, la relève du «southern rock»

Ils sont Américains et fiers de l’être. Les Blackberry Smoke, ce groupe de cinq musiciens connus pour avoir figuré dans la bande musicale de Sons of Anarchy, reviennent avec un album, You Hear Georgia, en hommage à leur État d’origine. L’occasion d’affirmer une nouvelle fois leur appartenance au « southern rock », ce sous-genre musical qui mêle rock, country et blues, développé dans les années 1960 dans le Sud des États-Unis. Dans Old Scarecrow, l’un des titres de ce nouveau disque, on retrouve les influences de Lynyrd Skynyrd ou Hank William Jr, pionniers du genre. C.B

Ladyhawke, ascenseur émotionnel

Dans l’ombre de Lorde, une autre chanteuse néo-zélandaise annonçait cette semaine son retour sur scène. À la différence de l’auteur de Pure Heroine, Ladyhawke a en plus gratifié ses fans d’un nouveau morceau Mixed Emotions. Le titre est le premier extrait de Time Flies, le bien nommé premier disque de la vocaliste blonde depuis cinq ans. Refrain accrocheur et riff de basse incroyablement funky sont au menu de cet avant-goût appétissant, qui traite en sous-texte des multiples émotions éprouvées au contact de certaines personnes… Tout, sauf de la musique d’ascenseur. N.B

Easy Life, comme des poissons dans l’eau

Patrie de la pop, du punk et des rave parties, du Royaume-Uni émergé ces dernières années une nuée de jeunes groupes capables de mélanger naturellement chacune de ces étiquettes autrefois inamovibles. Easy Life fait partie de cette génération, où les vielles traditions de la perfide Albion s’entrechoquent avec les nouvelles technologies et moyens de diffusion. Sur leur premier album, Life is a beach, les cinq membres de cette formation explorent une multitude d’influences, du flow linéaire de The Streets, à l’électro-pop, en passant par le funk cuivré et le lo-fi… Leur dernier single ocean view est un plagiat espiègle et assumé de la chanteuse américaine Emilia Ali. «On lui a envoyé et elle était ravie. Elle a trouvé ça cool», tient à préciser Murray, le chanteur du groupe. Nous aussi ! N.B

Aya Nakamura, toutes griffes dehors

«Chéri coco, fais-moi mmh, mmh». Aya Nakamura se place dans la course au tube de l’été avec Bobo , un morceau inédit sorti cette semaine. Le titre et son instrumental lancinant, mélangeant R&B et sonorités caribéennes, parlent d’amour et de drague avec légèreté. Pas une révolution pour l’une des artistes françaises qui s’exportent le mieux. On retrouve la griffe Nakamura, notamment dans les paroles -la chanteuse prend très souvent le rôle de la femme forte dans ses textes – et les expressions qui ont fait sa réputation («J’veux le bifton pas de bobo»). N.B

Planer avec J-Silk

Dans un esprit très Flower Power, le trio bordelais J-Silk nous offre un riff mélangeant saoul, électro et pop, où le bassiste Louis Gaffney et le batteur Didier Bassan se laissent emporter par la voix planante de Joanna Rives. Juste après l’obtention de son baccalauréat, cette dernière est partie, guitare sur le dos, à Londres avec pour seul horizon la musique. De retour à Bordeaux, elle intègre le conservatoire, où elle rencontre Louis, puis Didier. Les trois compères voguent depuis entre Amy Winehouse et Flying Lotus. Et célèbrent avec Dreaming Awake, le rêve éveillé de concocter la musique qui leur plaît. L.F.



Lire la suite
www.lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *