fbpx

Bertrand de Saint Vincent: «Festival de Cannes, le retour»



Réservé aux abonnés

ÉDITORIAL – À quoi ressemblera cette 74e édition? Nous avons notre petite idée…


Mis à jour

il y a 3 heures

Jusqu’au dernier moment, le suspense était à son comble: pourrait-il se tenir cette année? Le Covid menaçait. Il revient, un peu tremblant, pour le meilleur… ou pour le pire. On imagine l’affiche: Festival de Cannes: le Grand Retour. En vedette, entouré de palmiers, derrière des lunettes immenses,

les yeux écarquillés de Spike Lee

, président d’un jury majoritairement féminin. Les films vont déferler sur la Croisette. On dirait des enfants qu’on libère pour le goûter. Toutes catégories confondues, plus de deux cents longs-métrages seront projetés dans les diverses salles de la ville. Les festivaliers ne vont pas avoir le temps de bronzer. Vingt-quatre d’entre eux concourent pour la palme d’or.

La France se taille la part du lion: sept réalisateurs sont en compétition, dont trois réalisatrices. Statistiquement, c’est un peu comme à Roland-Garros: on a toutes les chances de l’emporter. Les Américains ne se pressent pas au portillon. On suivra Wes Anderson, Sean Penn, Nanni Moretti, Kirill Serebrennikov,

Cet article est réservé aux abonnés.

Il vous reste 66% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois


J’EN PROFITE

Déjà abonné ?

Connectez-vous



Lire la suite
www.lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.