fbpx

Pas de surrisque d’infection au Covid-19 pour le concert-test d’Indochine


Des fans masqués dansent au concert-test d’Indochine à l’AccorHotels Arena de Bercy, le 29 mai 2021 à Paris.

C’est une bonne nouvelle pour le secteur des musiques actuelles dans l’optique d’une reprise pérenne des concerts debout à la rentrée, même en cas de permanence de l’épidémie. Le concert-test du 29 mai à Paris avec Indochine a démontré « l’absence de surrisque d’infection » au Covid-19, a révélé, jeudi 8 juillet, l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP).

L’étude a « montré un taux d’infection similaire chez des personnes participant à un concert comparé à des personnes ne participant pas ». La présence « à un concert n’a pas été associée à un surrisque de transmission du [Covid-19] lors d’un concert en configuration debout sans distanciation physique chez des personnes masquées avec un test antigénique négatif dans une salle fermée », ajoute l’AP-HP.

Lire aussi : A Paris, 5 000 personnes vibrent aux rythmes d’Indochine pour établir un protocole sanitaire… et pour le plaisir

Taux d’incidence similaire en Ile-de-France

L’expérimentation reposait sur deux populations observées, après tirage au sort des volontaires. Le 29 mai à l’AccorHotels Arena, à Bercy, un groupe de 3 917 personnes a assisté au concert d’Indochine. 1 947 personnes, constituant le groupe « contrôle », sont restées chez elles, pour analyser en miroir la circulation du Covid-19.

Toutes avaient été testées trois jours avant, le jour J – avec des résultats obtenus a posteriori dans ce cas précis – et sept jours après l’événement. Tout volontaire présentant des signes de Covid-19 lors du test effectué soixante-douze heures à l’avance était exclu. Les services de bar et de restauration étaient fermés à l’intérieur de l’enceinte, comme les zones fumeurs, mais des bouteilles d’eau avaient été distribuées aux spectateurs.

Des équipes médicales testent des volontaires à l’AccorHotels Arena, trois jours avant le concert-test d’Indochine à Paris, le 26 mai 2021.

« Le nombre de participants ayant une PCR salivaire positive sept jours après l’événement était de huit parmi les 3 917 participants dans le groupe expérimental comparé à trois parmi les 1 947 participants du groupe “contrôle” », détaille l’AP-HP, en charge du volet scientifique, tandis que le Prodiss (Syndicat national du spectacle musical et de variété) supervisait la partie concert.

Le taux d’incidence « observé dans les deux groupes [0,20 % et 0,15 %, respectivement] correspond au taux d’incidence en Ile-de-France estimé dans les deux semaines précédant l’événement, c’est-à-dire entre 150 et 200 cas pour 100 000 habitants. Il est actuellement de 25/100 000 [données Santé publique France] », souligne l’AP-HP.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Avec le concert test d’Indochine samedi soir, l’espoir du retour à une vie culturelle normale

Le Monde avec AFP



Lire la suite
www.lemonde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.