«BAC nord», la loi de Marseille


CRITIQUE CINÉMA – Inspiré d’une histoire vraie de policiers jugés pour avoir extorqué des dealers et des revendeurs de cigarettes de contrebance, le film de Cédric Jimenez montre comment certains franchissent la ligne jaune.

Prévu pour sortir le 23 décembre 2020 et reporté à cause du Covid, BAC nord prenait la poussière depuis des mois. Sa sélection en mai dernier au Festival de Cannes, hors compétition, était une occasion en or de se faire un brin de toilette et d’arriver rafraîchi dans les salles mi-août. Le film de Cédric Jimenez est surtout reparti de la Croisette avec une fâcheuse polémique.

Lors de la conférence de presse, Fiachra Gibbons, journaliste irlandais à l’AFP, a mis les pieds dans le plat dès la première question. Après avoir félicité l’équipe pour ce film «très, très fort», l’homme a lancé des chardons en guise de fleurs: «On est dans une année d’élection. Moi j’ai vu ça avec l’œil d’un étranger et je me dis: “Ah, oui, peut-être que je vais voter Le Pen après ça”.» Gibbons a expliqué qu’il venait d’une cité en Irlande et qu’il était gêné par cette vision des quartiers nord de Marseille, montrés selon lui comme des «zones hors civilisation», la même que celle véhiculée dans les médias français.

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 69% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ pendant 2 mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous



Lire la suite
www.lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *