inquiétude des agents des bibliothèques


À partir du lundi 30 août, les agents de bibliothèques seront tenus de présenter un passe sanitaire sous peine de suspension. À Paris, Toulouse, Lyon ou encore Grenoble, plusieurs établissements sont entrés en grève pour s’opposer au dispositif.

Un mois et neuf jours après l’entrée en vigueur du passe sanitaire pour les usagers des bibliothèques, une nouvelle échéance approche à grands pas. Cette fois-ci, ce sont les agents des établissements qui seront tenus de présenter un passe sanitaire, dès ce lundi 30 août. La mise en application de la loi intervient dans un contexte déjà tendu. À Paris, Lyon, Toulouse ou Grenoble le personnel des bibliothèques sont en grève pour s’opposer au dispositif. Le mouvement prend de l’ampleur depuis le 21 juillet, date d’instauration du passe sanitaire pour les usagers.

Dès lundi, les agents de bibliothèques seront tenus de présenter un schéma vaccinal complet, un test antigénique ou PCR négatif d’au moins de 72h ou une attestation du rétablissement du Covid-19, datant d’au moins 11 jours et de moins de 6 mois. La mesure ne concerne pas les bibliothèques universitaires et de recherches.

«Nous avons beaucoup d’interrogations concernant le contrôle du passe des usagers et des agents. Qui va être contrôlé ? Qui va effectuer le contrôle ? Quelles conséquences cela aura-t-il s’il n’y a pas de passe, et pour le service ?», s’est alarmé Fabrice Rastoul délégué syndical à la CGT de Toulouse dans les colonnes de La DépêcheDans la ville rose, les quatre médiathèques ouvertes -dont la médiathèque Grand M- étaient entrées en grève la semaine dernière, pour protester contre un dispositif jugé discriminant dans un lieu de culture ouvert à tous.

Interrogé par le Figaro, Jean-Luc Moudenc le maire LR de Toulouse a rappelé: «Je maintiens ma position, nous respecterons la loi». Mais concernant la mise en œuvre concrète de la mesure, l’élu est resté plutôt évasif, évoquant des discussions en cours au sein de la direction des bibliothèques de la mairie de Toulouse. «J’ai contacté la préfecture cette semaine, nous espérons être vite fixés d’ici à la rentrée», a-t-il ajouté.

Du côté de la capitale, la situation semble également un peu floue. Contactée, la mairie de Paris n’a pas souhaité faire de commentaire et a déclaré attendre les instructions du gouvernement. Comme à Toulouse, plus d’une dizaine de bibliothèques ont déjà fermé leurs portes à l’instar la médiathèque Françoise Sagan (10e arrondissement) ou la médiathèque Yourcenar (15e arrondissement). Le mouvement ne faiblit pas. Jeudi 29 juillet, l’intersyndicale de la direction des affaires culturelles de Paris (PACS-DAC) avait lancé un appel à la grève.

La PACS-DAC avait déjà tiré la sonnette d’alarme, plus tôt ce mois-ci. «La Ville de Paris va se retrouver désormais au pied du mur après la validation du Conseil constitutionnel de la procédure de suspension du contrat de travail sans rémunération, pour les salariés concernés par l’obligation de passe sanitaire. Ce qui signifiera pour les agents qui ne seront pas vaccinés, une procédure disciplinaire !», s’était alarmé le syndicat.

L’incertitude et la colère des bibliothécaires ne semblent pas près de s’estomper. Ce jeudi l’Intersyndicale des bibliothèques de Lyon s’est opposée au passe sanitaire et a lancé un appel à la grève, rejoignant les rangs des établissements de Rennes, Brest, Grenoble ou encore La Rochelle. L’entrée en vigueur du passe pour de nombreuses catégories de fonctionnaires pourrait raviver les tensions.



Lire la suite
www.lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *