Panayotis Pascot sur scène, entre humour et introspection


À l’Européen depuis début septembre et jusqu’au 31 décembre, le jeune humoriste de 23 ans joue son premier spectacle.

CRITIQUE – On le pensait chroniqueur penchant journaliste de rue, animateur précoce au débit de paroles ininterrompu, le protégé de Fary (qui assure la mise en scène du spectacle) se fait stand upper. Il a repris début septembre les représentations de son spectacle empêchées par le Covid.

Le spectacle débute avec l’histoire d’un baiser raté, une idylle naissante avec un goût d’inachevé. La fille parfaite, les bons mots, la bonne blague mais au moment du rapprochement buccal tant attendu, rien. À qui la faute ? Au colocataire de quarante ans un peu envahissant et aux conseils en séduction non sollicités ? À une famille nombreuse menée par un père taciturne, dans une économie extrême de mots et une mère aux émotions débordantes ? Ou encore à l’accordéon que, petit, on l’obligeait à jouer, quand lui admirait ses compères prépubères accrochés à leur guitare et qui semble avoir profondément affecté sa confiance en lui ?

À l’image d’une vie, le récit est dramatiquement drôle parfois et étonnement truculent, souvent. Quelques blagues graveleuses, pas les mieux senties mais qui semblent avoir du succès auprès de son public ponctuent des anecdotes de sa vie de jeune adulte paumé. Pour les plus impatients de découvrir les mots de l’humoriste, la devanture du théâtre s’est habillée d’une fresque réalisée par le street artiste l’Atlas. Une typographie labyrinthique reprend l’ensemble du texte du spectacle. Presque aucune fausse note pour cet exercice délicieusement introspectif.

Panayotis Pascot dans «Presque», à L’Européen (Paris 17e), jusqu’au 31 décembre. Tél. : 01 44 51 93 26 www.leuropeen.paris



Lire la suite
www.lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *