Bernard Lavilliers, l’âge classique


L’insubmersible chanteur sort son 22e album et part en tournée. Avant de publier un recueil de nouvelles.

Avec Sous un soleil énorme, son 22e album, Bernard Lavilliers signe une des plus belles réussites d’une carrière amorcée en… 1968! «Je ne suis pas encore habitué à ce disque, tout simplement parce que je n’ai pas encore fait vivre les chansons sur scène, explique-t-il, tendu, le risque, c’est de répéter un spectacle qui n’aura peut-être pas lieu pour raisons sanitaires.» C’est pourtant grâce au Covid, juge-t-il, que l’album est aussi réussi. «Je n’avais pas envie de faire un album de plus. La crise m’a obligé à travailler davantage, de façon fragmentée, certes.»

Depuis une dizaine d’années, Bernard Lavilliers est reconnu comme un grand nom de la chanson française. Après avoir longtemps divisé, l’homme a fini par mettre tout le monde d’accord, grâce à la constance de son travail. «J’ai fini par devenir chanteur après être passé par différents stades», explique l’infatigable baroudeur. Né dans une famille d’ouvriers stéphanois, Lavilliers est content d’avoir suivi les conseils de son père…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 66% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous



Lire la suite
www.lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *