fbpx

Le Puy du Fou s’exporte aux États-Unis avec un nouveau spectacle sur les Cherokees


Après l’ouverture d’un site en Espagne, le parc vendéen, qui fête ses 45 ans cette année, présentera dans le Tennessee une représentation immersive sur le périple d’un homme cherokee.

Les équipes du Puy du Fou vont épauler la création d’un spectacle aux États-Unis «inspiré de l’histoire du peuple cherokee», annonce le parc d’attractions vendéen dans un communiqué publié vendredi. «Nous allons mettre notre savoir-faire au service d’une mise en scène spectaculaire, grandiose, qui célèbre l’histoire douloureuse et glorieuse du peuple cherokee», a dit à l’AFP Nicolas de Villiers, président du Puy du Fou. Prévu pour 2024, le spectacle sera monté dans l’État du Tennessee, berceau des Cherokees, au sein du parc national des Great Smoky Mountains.

La collaboration a été initiée par des représentants cherokees, qui réalisent un investissement de «plusieurs dizaines de millions de dollars», précise Nicolas de Villiers. Le dialogue s’était ouvert «il y a un peu plus d’un an» et a abouti jeudi à la signature d’un accord. Le spectacle mettra en scène «l’histoire des Cherokees qui, en 1917, se sont volontairement engagés dans la Première Guerre mondiale, comme un cri d’amour à l’Amérique», a détaillé M. de Villiers. Les spectateurs suivront, au fil d’une représentation immersive, le périple d’un jeune homme cherokee, des Appalaches aux champs de bataille de Champagne.

Le Puy du Fou poursuit avec ce nouveau spectacle son développement international. Il a déjà épaulé la création de représentations aux Pays-Bas et en Grande-Bretagne, et a ouvert en 2021 son premier parc étranger en Espagne. Le président du parc s’est réjoui de poser avec cette nouvelle représentation une «première petite lumière sur le sol des Etats-Unis», a-t-il confié, avant de préciser que «des équipes françaises doivent être envoyées très rapidement sur place pour monter le projet». Sur scène, les acteurs seront Américains et «en priorité» Cherokees. «Notre modèle artistique est universel, il transcende les langues et les cultures», a souligné M. de Villiers. Prisé du public, le parc vendéen a accueilli en 2019, avant la crise sanitaire du Covid-19, 2,3 millions de visiteurs.



Lire la suite
www.lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.