fbpx

Le nouveau film de Will Smith, Emancipation, reporté d’un an après la gifle des Oscars


Dirigé par Antoine Fuqua, ce drame historique retrace le parcours d’un esclave qui tente d’échapper à sa condition.

Un geste qui lui aura valu dix ans d’exclusion de la cérémonie des Oscars, et bien plus encore. Plus d’un mois après la gifle qu’il a infligée à Chris Rock lors de la 94e cérémonie des Oscars, les conséquences continuent à obscurcir la carrière de Will Smith. De nombreux projets de l’acteur de 53 ans sont en péril comme sa nouvelle production, Emancipation, dont la sortie était prévue pour la fin d’année sur Apple TV+.

Variety révèle en effet que le film très attendu, devrait finalement sortir courant 2023, privant l’acteur de toute prétention à une nomination pour la précieuse statuette. Dans ce long-métrage, Will Smith incarne Peter, un esclave dans une plantation de Louisiane, qui décide de s’enfuir vers le nord et de rejoindre l’Union Army après avoir été sauvagement battu.

Succession de retards sur le tournage

La gifle donnée par Will Smith à Chris Rock suite à une blague de l’humoriste sur le crâne rasé de Jada Pinkett Smith, épouse de l’acteur, ne semble pas être l’unique raison aux changements de planning du film. En effet, le réalisateur Antoine Fuqua serait actuellement en pleine postproduction après que le tournage a accumulé les retards liés à l’ouragan Ida dans le sud des États-Unis et à des cas de Covid dans l’équipe. Autre raison avancée par Variety : la très longue liste de films dont la sortie est prévue sur Apple TV+ en fin d’année.

Même s’il a présenté ses excuses et démissionné de l’Académie, d’autres projets de l’acteur pourraient être compromis. Le développement de Bad Boys 4 est à l’arrêt, tout comme le film d’action Fast and Loose que devait réaliser David Leitch pour Netflix. Le géant du streaming a également annulé Bright 2 (bien que la plateforme ait précisé que sa décision n’avait pas de rapport avec «l’incident» impliquant l’acteur) tandis que son retour dans Je suis une légende 2 reste incertain.



Lire la suite
www.lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.