fbpx

Le groupe BTS dénonce le racisme contre les personnes asiatiques à la Maison-Blanche


Mardi 31 mai, les stars coréennes de K-pop étaient les invités du président Joe Biden pour évoquer «l’inclusion et la représentation» des personnes asiatiques. Les aficionados du groupe se sont pressés aux grilles de la Maison-Blanche en espérant les apercevoir.

Le groupe sud-coréen BTS a saisi l’occasion, mardi 31 mai, d’une invitation par le président américain Joe Biden pour dénoncer le racisme visant les personnes asiatiques, tout en suscitant une effervescence certaine à la Maison-Blanche.

«Nous sommes dévastés par la récente hausse des crimes racistes, y compris les crimes racistes visant des personnes asiatiques», a dit Jimin (Park Ji-min), l’un des sept artistes de ce groupe emblématique de la K-Pop, depuis l’estrade de la salle de presse de la Maison-Blanche, pour l’occasion absolument bondée.

Plus loin, derrière les grilles du bâtiment, de très nombreux fans – une partie de ce que BTS appelle son «armée» d’admiratrices et d’admirateurs – se pressaient dans l’espoir d’apercevoir les artistes.

«Différences»

«Il n’y a rien de mal à être différent. L’égalité commence lorsque nous dévoilons et assumons nos différences», a dit pour sa part Suga (Min Yoon-gi), autre membre du groupe, dont les propos, comme ceux de Jimin, ont été traduits.

À VOIR AUSSI – Pensées suicidaires, racisme: les confidences explosives du prince Harry et de Meghan Markle

Les sept jeunes hommes, en costume cravate sombres et chemises blanches, ont défilé devant les journalistes pour faire de courtes déclarations, avant d’être reçus par le président américain. L’exercice, d’habitude très formaté, mené par la porte-parole de l’exécutif américain, Karine Jean-Pierre, dans la célèbre salle à fond bleu a suscité un intérêt très inhabituel en ligne: plus de 200.000 personnes étaient connectées avant que la conférence de presse quotidienne ne débute, un chiffre sans commune mesure avec l’audience normale.

Le briefing a plus tard repris son cours habituel, devant une audience soudainement réduite, avec l’arrivée d’un conseiller économique de Joe Biden qui a blagué: «Je pourrai dire à mes enfants que BTS a chauffé la salle pour moi».

Joe Biden a invité BTS dans le cadre d’une série d’événements célébrant la communauté asiatique aux États-Unis et dénonçant le racisme dont elle est l’objet. Le président américain voulait évoquer avec le boys band le plus influent du monde «l’inclusion et la représentation» des personnes asiatiques, mais aussi «les crimes racistes et la discrimination dont sont victimes les Asiatiques, qui sont devenus des sujets de plus en plus importants ces dernières années», selon un communiqué de la Maison-Blanche la semaine dernière.

Leur rencontre s’est déroulée à l’écart de la presse. Le groupe a, selon l’exécutif américain, également tourné une vidéo avec l’équipe de communication de la Maison-Blanche, et s’est vu offrir une visite guidée du célèbre bâtiment. La Maison-Blanche veut voir en BTS des «ambassadeurs de la jeunesse, qui diffusent un message d’espoir et d’optimisme» dans le monde.

Nations unies

Le septuor a déjà été invité par deux fois à s’adresser aux Nations unies, en 2018 et 2021, à propos en particulier du changement climatique et de la pandémie de Covid-19.

Cela fait bien longtemps que la renommée de ces artistes d’une vingtaine d’années a dépassé les frontières coréennes pour déferler sur le monde, et donc sur les États-Unis: trois des chansons de BTS ont figuré en tête du Billboard, le classement américain des chansons les plus populaires. Ils ont enregistré un chiffre d’affaires annuel record en 2021, de plus d’un milliard de dollars, grâce au contenu en ligne et aux ventes d’albums.

L’équipe de communication de Joe Biden, 79 ans, et président le plus âgé jamais élu aux États-Unis, a lancé depuis son arrivée à la Maison-Blanche une offensive massive en direction du jeune public, passant par des collaborations avec nombre de stars et influenceuses ou influenceurs.

Déjà passés à la Maison-Blanche, la dernière sensation de la pop américaine Olivia Rodrigo ou un groupe adulé des adolescentes et adolescents, les Jonas Brothers, venus enregistrer des vidéos avec le président américain afin de promouvoir la vaccination contre le Covid-19.


À VOIR AUSSI – Victime de son succès, le menu du groupe de K-pop «BTS» fait fermer 13 McDonald’s en Indonésie



Lire la suite
www.lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.