fbpx

Avec les dinosaures de Jurassic World, Malte affiche son ambition de studio à ciel ouvert


REPORTAGE – L’île apparaît pour la première fois en tant que telle dans une course-poursuite entre reptiles et humains. Les autorités espèrent que cette pub planétaire transformera la nation en plaque tournante des tournages.

Quel est le point commun entre la série d’héroic fantasy Game of Thrones, le film de zombies World War Z , le peplum Gladiator, le mélo en costume sélectionné à Cannes L’histoire de ma femme , la comédie Astérix & Obélix Mission Cléopâtre et l’enfer carcéral de Midnight Express? Tous ces films et séries ont, à un moment donné, posé leurs caméras sur le sol maltais. Depuis 1963 et la construction de bassins aquatiques permettant de filmer des batailles navales, l’île méditerranéenne a attiré plus de 200 tournages. Mais la rançon de la gloire est cruelle : la petite nation a toujours servi de doublure pour d’autres pays ou époques : l’Égypte, Rome antique, Westeros, les geôles turques, la Riviera de la Belle époque. Elle n’était jamais apparue en tant que telle jusqu’à ce que les dinosaures de Jurassic World : le monde d’après ne l’envahissent pour une course-poursuite dantesque dans la capitale La Valette entre Chris Pratt et des atrociraptors dressés pour tuer.

«Faire croire aux enfants que les dinosaures ont foulé Malte»

Les reptiles et le héros zigzaguent à moto dans les rues étroites du XVII et XVIIIe siècle sans beaucoup d’égard pour les beaux balcons à loggia qui ornent les immeubles ni l’imposant hôpital de l’Ordre de Saint-Jean, bâti au XVIe siècle. Les carnivores géants qui se cognent contre les murs et dérapent dans les escaliers, ont peu d’égard pour cette cité pourtant classée au patrimoine de l’Unesco. Et croquent même de malheureux badauds devant le siège du gouvernement.

À VOIR AUSSI – «Jurassic World: le Monde d’après»: «Ce film est le reflet de notre société»

«Malte m’avait été recommandée par un producteur connaissant bien la commission du film de l’île. Elle répondait à nos critères primordiaux», détaille au Figaro Colin Trevorrow, le réalisateur de Jurassic World : le monde d’après. Le cinéaste souhaitait un endroit clef, «une position centrale entre Europe, Afrique et Moyen-Orient, une ville insulaire qui pouvait être une plaque tournante d’échanges louches». Colin Trevorrow souhaitait aussi une localité de caractère et authentique plutôt qu’une grande métropole style New York ou Londres : «les enfants doivent pouvoir croire que les dinosaures ont arpenté les rues de la Valette». Et de souligner : «Il y a quelque chose de très symbolique dans le fait que des animaux éteints il y a 65 millions d’années s’approprient ces lieux si anciens et pétris d’histoire». L’exiguïté des lieux était aussi un facteur : «Plus la route est étroite et en pente, plus Chris Pratt pouvait rouler vite !».

Course-poursuite dans les rues de La Valette Universal

Le tournant Gladiator

Voir Malte reconnue et désormais jouer son propre rôle est le combat de Johann Grech, le responsable de la Commission du film. Il espère que Jurassic World donnera la même visibilité accrue que Gladiator. «Au début des années 2000, Ridley Scott a mis Malta sur la carte du septième art en filmant les scènes d’arène au Fort Ricasoli».

Construit à la fin du XVIIe siècle, le complexe militaire a été transformé en Colisée romain ! Dans la foulée, l’Espagnol Alejandro Amenábar se ressert des lieux en 2009 pour recréer le forum d’Alexandrie dans Agora et raconter le destin tragique de la philosophe grecque Hypathie assassinée au IVe siècle par des chrétiens fanatiques. Les décors se prêtant à l’Antiquité ont aussi attiré Troie, avec Brad Pitt.

L’acteur américain est revenu sur l’île pour World War Z, dans lequel une horde de morts-vivants dévalent les escaliers de Renzo Piano bordant le parlement, et pour Vue sur la mer d’Angelina Jolie qui se déroule sur l’île de Gozo. Un autre fort, Fort-Manoel, s’est métamorphosé en mur des lamentations et Jérusalem pour Le Crime de l’Orient-Express de Kenneth Branagh. «Avec ses influences byzantines, italiennes, arabes, ses îles, ses remparts et ses quartiers plus modernes sortis de terre après les destructions de la Seconde Guerre mondiale, Malte peut passer pour n’importe quel pays du sud de la Méditerranée : France, Grèce, Maghreb, Libye, Israël», énumère Johann Grech qui rêve d’attirer encore plus de blockbusters ainsi que des films indépendants.

Développer les infrastructures et les investissements

Pas uniquement dans l’espoir de faire venir des touristes cinéphiles désireux de rejouer des scènes du Da Vinci Code, du Munich de Spielberg, de Captain Phillips, d’Assassin’s Creed ou de l’Île des pirates. «Ces tournages sont importants pour faire vivre un pan de notre économie en donnant du travail aux employés de la restauration, de l’hôtellerie, à nos techniciens locaux. Ils sont aussi cruciaux pour former une génération de Maltais aux métiers du cinéma». La Commission du film veut encourager les productions locales pour le petit et le grand écran. «Nos professionnels ne restent pas et préfèrent s’expatrier», déplore Johann Grech.

Russell Crowe revient régulièrement sur les lieux de tournage de Gladiator. Abaca

Pour promouvoir son industrie, le patron de la Commission du film planche aussi sur des programmes de sensibilisation à l’audiovisuel pour les écoliers. Il a organisé, fin janvier, les premiers César du film maltais. Le gala, auquel ont participé Colin Trevorrow et, par visioconférence, Russell Crowe et Ridley Scott, récompensait les meilleures œuvres télé et ciné des cinq années écoulées.

Malgré le Covid, le nombre de tournages reste stable : 22. Pour le moment, Malte est appréciée pour son crédit d’impôts de 40%, ses fortifications et ses bassins qui ont accueilli les sous-marins de la série allemande Das Boot, la cascade et les huttes de la série de science-fiction Fondation ou le galion du film de vampires Le dernier voyage de Déméter avec Jude Law, dont la sortie en salle est prévue pour cet été.

Le retour du fils prodigue Ridley Scott

Doté de trois réservoirs, le Mediterranean Film Studio de Rinela a été fondé en 1963 par l’expert britannique d’effets spéciaux Jim Hole et l’entrepreneur maltais Paul Avellino. Le duo installe un bassin artificiel de faible profondeur qui donne l’illusion d’être en pleine mer. Une soufflerie imite vent, tempêtes et vagues. En 1979, s’y ajoute un réservoir profond pour les séquences sous l’eau. En 1996, un espace sous-marin est creusé pour une publicité des jeans Levi’s. James Cameron hésitera à y faire Titanic avant d’opter pour le golfe du Mexique.

Johann Grech a complété cette offre avec un plateau fermé pour abriter les décors de scènes d’intérieur et encourager les productions à rester sur l’île davantage. Budget : 35 millions d’euros. Mille créations de poste locales sont attendues. Des améliorations que pourra apprécier Ridley Scott. Le cinéaste, pratiquement citoyen d’honneur de l’île, est retourné ce printemps à Malte pour filmer Kitbag, portrait intimiste pour Apple TV+ de l’ascension de Napoléon Bonaparte et Joséphine au pouvoir.

Joaquin Phoenix campe le vainqueur d’Austerlitz, Vanessa Kirby son épouse et Tahar Rahim le général Paul Barras. Le Fort Ricasoli a été transformé en Toulon, Mdina, est devenue Paris. Mais Malte pourra peut-être jouer son propre rôle. En juin 1798, Bonaparte quitte Toulon avec le gros de la flotte française et s’empare de Malte, point essentiel de ravitaillement. Les Français occuperont l’île deux ans avant que les Britanniques n’en prennent l’administration.



Lire la suite
www.lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.