fbpx

Aurélie Dupont démissionne de son poste de directrice de la danse à l’Opéra de Paris


Aurélie Dupont, ancienne danseuse étoile du ballet de l’Opéra national de Paris et directrice de la danse depuis 2016.

Directrice de la danse à l’Opéra de Paris, Aurélie Dupont, va quitter ses fonctions le 31 juillet pour « se consacrer à des projets personnels », a annoncé jeudi 16 juin l’institution.

L’ex-danseuse étoile, qui avait été contestée en interne par des danseurs au début de son mandat, va se tourner vers d’autres horizons. Elle a ainsi le projet « d’un livre, d’un film documentaire et d’une comédie musicale, et [souhaite consacrer du temps] à sa famille », précise un communiqué.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Le danseur étoile Stéphane Bullion quitte le ballet de l’Opéra de Paris

Aurélie Dupont avait été nommée directrice du Ballet de l’Opéra de Paris en 2016, succédant à Benjamin Millepied, également démissionnaire. Deux ans après sa nomination, un rapport confidentiel sur le management, incluant des témoignages internes, était révélé dans la presse. Sous couvert d’anonymat, 89,8 % des artistes estimaient qu’ils ne « [faisaient] pas l’objet d’un management de bonne qualité » et 25,9 % affirmaient même avoir été l’objet d’un harcèlement sexuel ou en avoir été témoin.

Plus d’informations à venir.

Une année difficile à l’Opéra de Paris

Durement touché par les fermetures et les contraintes sanitaires liées au Covid-19, l’Opéra de Paris n’a pu organiser que 224 représentations cette année, contre 380 en temps normal. Résultat : ses recettes de billetterie devraient être inférieures à 30 millions d’euros en 2021, loin des 70 millions annuels d’avant la crise. « Nous avons passé une année difficile à reporter sans cesse la réouverture, tout en replanifiant et en diffusant des captations », constate Martin Ajdari, directeur général adjoint de l’Opéra, pour qui « la situation actuelle reste insaisissable ». L’Etat a prévu de débloquer 106 millions d’euros sur la période 2020-2022 pour que l’établissement garde la tête hors de l’eau. « Mais nous avons aussi réalisé 60 millions d’euros d’économies sur deux ans, en renégociant le cachet des artistes invités et en réduisant le coût de certaines productions », affirme M. Ajdari.

Le Monde avec AFP



Lire la suite
www.lemonde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.