fbpx

De New York à Tunis, le rire sans frontières d’Imen Lahmar


Pour ne rien manquer de l’actualité africaine, inscrivez-vous à la newsletter du « Monde Afrique » depuis ce lien. Chaque samedi à 6 heures, retrouvez une semaine d’actualité et de débats traitée par la rédaction du « Monde Afrique ».

L’humoriste franco-tunisienne Imen Lahmar.

Son mètre quatre-vingt vous intimide ? « Moi je suis Française et comme tous les Français, je n’aime pas trop ce qui est sensationnel. Quand on me demande quelle taille je fais et que je réponds “1 mètre 80”, on me dit “Tu te la racontes”. Depuis, je suis à 1 mètre 79, ça passe beaucoup mieux », plaisante-t-elle face à son public.

Franco-tunisienne de 40 ans, Imen Lahmar s’inspire volontiers de ses supposés complexes et des « indélicatesses du quotidien », comme elle les qualifie, pour faire rire les autres. « Pour ma mère, c’est complètement incompatible d’être grande, artiste, âgée de 40 ans et de pouvoir trouver un mari. Selon elle, je ne suis pas accomplie. Mais c’est justement là-dessus que je vais jouer », explique-t-elle.

Imen Lahmar a su créer différents alter egos autour de son humour, mélange de cynisme et d’autodérision : Meniways sur scène ou Meni Gilliger, une « coach en destruction personnelle » qu’elle a incarnée sur Instagram, notamment pendant la pandémie de Covid-19, pour amuser ses quelque 23 000 abonnés. Ce personnage de conseillère sans morale donne des astuces pour détruire un dîner convivial entre amis ou saper une relation amoureuse.

Lire aussi : En Tunisie, on rit des turpitudes politiques en regardant la série « Ken Ya Makenech »

Caméléon, Imen Lahmar dégaine ses vannes en français, en anglais, parfois en dialecte tunisien et revendique même, dans sa bio Instagram, de pouvoir parler en urdu si elle le souhaite. A New York, où elle a débuté sur scène, elle se moque des Parisiens, tellement cyniques comparés à l’amabilité extrême – voire superficielle – des Américains ; à Tunis, des coiffeuses aux jugements un peu trop intrusifs ; et à Paris, de ses potes « blancs » qui lui réclament des gâteaux de l’Aïd parce qu’elle est Tunisienne.

Elle-même dit ne pas avoir de tabou, quelle que soit la culture dans laquelle elle évolue. « Je suis musulmane mais pas d’inquiétude, je prends aussi de l’ecsta, je fais partie des plus cool ! », lance-t-elle ainsi dans l’un de ses spectacles new-yorkais.

« J’avais peur de décevoir mes proches »

Elevée entre le pavillon familial du Val-de-Marne et les vacances sur la côte tunisienne, elle cultive sa binationalité et son attachement à la Tunisie, mais s’inspire rarement du thème de l’immigration pour ses sketchs. Une façon de se démarquer de certains de ses aînés. « Je me sens complètement française lorsque je suis en France et tunisienne en Tunisie, donc même si c’était une très belle période de l’humour avec Gad Elmaleh ou Jamel Debbouze autour de cette génération issue de l’immigration, aujourd’hui c’est bien aussi d’aller vers autre chose », explique-t-elle.

Il vous reste 51.14% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Lire la suite
www.lemonde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.