fbpx

Léna Bréban, le théâtre comme une fête


Léna Bréban et Antoine Prud’homme de la Boussinière dans « Renversante » le 17 mars 2022 au Grand Parquet, à Paris (18e).

La première fois qu’on a découvert Léna Bréban, elle jouait dans le jardin d’un Ehpad à Pierre-de-Bresse en Saône-et-Loire. C’était en juillet 2020. La France, groggy à la suite de la crise du Covid, se déconfinait lentement. La comédienne et metteuse en scène, dont tous les projets avaient été stoppés par la fermeture des lieux culturels, ne s’était pas laissée abattre. Avec cinq autres artistes, elle avait inventé Cabaret sous les balcons, un spectacle en plein air, tendre, musical et burlesque, pour rompre, le temps d’une après-midi, l’isolement des personnes âgées.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Quand le cabaret s’invite sous les balcons des Ehpad

Deux ans plus tard, on retrouve Léna Bréban dans le festival « off » d’Avignon pour Renversante, une pièce tout public qui pulvérise avec intelligence et malice les inégalités hommes-femmes. Entretemps, son adaptation de Sans famille, le roman d’aventures d’Hector Malot, a conquis petits et grands à la Comédie-Française, et sa mise en scène de Comme il vous plaira de Shakespeare a décroché, le 30 mai, quatre Molières dans la catégorie théâtre privé (meilleur spectacle et mise en scène, meilleure comédienne pour Barbara Schulz et meilleure comédienne dans un second rôle pour Ariane Mourier).

Léna Bréban : « Je vise un théâtre sans quatrième mur, qui fait un clin d’œil aux spectateurs »

Léna Bréban est persuadée que « la pluridisciplinarité est le futur du théâtre », qu’il faut « bouger nos façons de faire, inventer de nouvelles choses, partager, aller à la rencontre du public ». Sur le plateau des Folies-Bergère, lors de la cérémonie des Molières, elle avait lancé, en brandissant sa statuette : « Le théâtre est un des derniers endroits où on peut réfléchir ensemble, vibrer ensemble, je suis pour jouer partout, tout le temps, pour tous, pour chacun. » Et c’est ce qu’elle fait. Artiste associée de l’Espace des arts, scène nationale de Châlon-sur-Saône, elle a, en 2020, transporté son Cabaret sous les balcons dans près d’une trentaine de maisons de retraite et, depuis janvier 2021, tourné son spectacle Renversante dans plusieurs dizaines de collèges de Saône-et-Loire, en ouvrant, après chaque représentation, un débat avec les jeunes spectateurs.

Efficacité imparable

Adapté du livre éponyme de Florence Hinckel (sorti en 2019 aux éditions L’Ecole des loisirs), Renversante met en scène un frère et une sœur qui s’interrogent sur une société où règne la domination… féminine. « Je souhaitais depuis longtemps aborder la question de l’égalité. J’ai toujours pensé que le rire est l’arme absolue du dialogue et de la pédagogie, alors, quand j’ai découvert le texte de Florence Hinckel, sa manière de dédramatiser, sa drôlerie, cela a été une évidence » , explique la metteuse en scène.

Il vous reste 53.25% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Lire la suite
www.lemonde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.