Qu’est-ce que le vivant ?


Qu'est-ce que le vivant ?

En écoutant la définition du vivant par Jean-Sébastien Steyer (à 21′) je n’ai pu m’empêcher de faire le rapprochement avec la gestion politique et sanitaire du SARS-CoV-2 pour constater qu’elle en prenait l’exact contre-pied. La définition du vivant n’a, du point de vue de la science, rien d’évident et chaque discipline qui l’étudie en possède sa propre interprétation. En témoigne cet article du CNRS. Toutefois, j’ai trouvé celle de Jean-Sébastien Steyer intéressante :

« Il y a trois critères. Le premier c’est l’autosuffisance, une forme vivante doit s’autosuffire à elle-même vis à vis du milieu externe. On arrive au deuxième critère qui est l’apparition de la membrane. A partir du moment ou la forme de vie développe une membrane pour s’isoler du milieu extérieur, on est bien dans une forme vivante. Et le troisième critère, très important pour les généticiens, c’est la transmission d’un matériel héréditaire ou génétique. »

L’homme en tant qu’individu ou groupe d’individus ne se suffit plus à lui-même. Il est dépendant d’une technostructure pour assurer sa survie. Le couronnement de cette technostructure réside dans le pouvoir de la finance et de l’accumulation du capital qui dirige les flux financiers avec l’objectif, in fine, d’accumuler toujours plus de pouvoir. Même les grosses multinationales, qui en sont pourtant les maillons essentiels, en sont dépendantes. Or, cette technostructure n’est pas perenne d’un point de vue écologique. A brève échéance elle n’est donc pas autosuffisante En tout cas, telle qu’elle se présente aujourd’hui.

Personne n’a eu la possibilité d’établir une barrière ou membrane avec la gouvernance sanitaire. Tout le monde a dû en suivre les injonctions, souvent paradoxales, sans avoir la possibilité de s’isoler de cette gestion politique du covid ou alors de manière alégale si ce n’est illégale. Si nous somme bien coupés de notre milieu extérieur naturel, notre milieu extérieur est d’abord constitué ici de la technostructure à laquelle nous sommes intégrés parfois à notre corps défendant.

Et voila que la vaccination expérimentale de type ARNm pose le risque, même considéré comme infime, par la transcriptase inverse, d’altérer la transmission héréditaire ou génétique. Et, quoi que l’on puisse penser de la technique expérimentale à ARN pleine de potentiel pour le traitement de diverses maladies ; avec le débat sur la vaccination des enfants, l’on parle de personnes saines, qui ne sont pas concernées par les effets de cette maladie et qui sont l’avenir génétique de l’humanité. Sans parler des autres effets secondaires, attendus ou non, et dont on peu déjà dire qu’ils sont loin d’être négligeables quant au bénéfice/risque de la vaccination expérimentale de ces classes d’âge. Enfin, on signalera, et même si cela a mauvaise presse, que la vaccination, de manière générale, des classes d’âge qui se reproduiront, contribue à modifier l’exercice de la sélection naturelle et donc de l’hérédité naturelle en ne favorisant pas les génomes qui auraient naturellement résistés à ce virus. Dire cela d’une prophylaxie ne signifie pas refuser le traitement, comme l’Ivermectine par exemple, ainsi que la compassion que l’on se doit de porter aux malades de ces classes d’âge de toute façon statistiquement inexistants quant au risque covid.

Ainsi, la gestion globaliste à tendance totalitaire – mais c’est probablement un pléonasme – de la covid-19 – et de tout le reste – ne nous éloigne-t-elle pas de ce qui constitue le vivant ? N’a-t-on pas affaire à une sorte de gros blob de la pensée qui engloutit son environnement sans distinction ? Qui remplace notre milieu externe naturel par un milieu externe artificiel dont elle détiendrait le contrôle ? Est-on encore vivant quand l’on devient un body snatched des injonctions paradoxales du biopouvoir  ? Sans parler du plus cocasse dans cette histoire : l’opinion de plus en plus partagée et étayée de l’origine artificielle de ce virus.

Par Commentaires en goguette





Lire la suite
www.agoravox.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *