la crise a laissé de profondes traces



la crise a laissé de profondes traces

Si cette profession juge que leur entreprise a plutôt bien géré la crise, ils sont nombreux à critiquer le manque de prise en compte de leur bien-être par leurs supérieurs. Au point d’alimenter les envies de mobilité.

Le travail des cadres a été profondément bouleversé par la crise du covid avec la généralisation du télétravail, les réunions virtuelles, le manque de contact humain et le stress qui a découlé de cette situation.

Alors qu’une sortie de crise se dessine, que le retour dans les bureaux s’organise, les cadres font le bilan. Interrogés par Cadremploi*, ils se montrent globalement satisfaits de la façon dont leur entreprise a jusqu’ici géré la situation (77%).

Cela fait quand même presque un quart de cadres « insatisfaits ». Avec comme point principal de crispation, le manque de prise en compte du bien-être des salariés (60%), le manque de bienveillance (59%), la charge de travail plus importante (44%) et le manque d’accompagnement de la part du manager (42%).

Un quart de cadres insatisfaits de la gestion de la crise par leur entreprise

L’étude montre ainsi que 53% des cadres n’ont jamais été interrogés sur leur ressenti par leur entreprise.

De quoi laisser des traces assez profondes. Un cadre sur deux attend du changement sur la prise en compte du bien-être des salariés. La moitié du panel relève en effet un impact négatif sur leur confiance envers leurs supérieurs hiérarchiques (50%), sur leur motivation (46%) ainsi que sur leurs relations avec leur manager (40%).

Au point d’alimenter les envies de mobilité. Selon l’étude, 45% des cadres interrogés envisagent de quitter leur entreprise et 77% déclarent qu’à l’avenir, ils seront plus exigeants envers leurs employeurs sur les questions de bien-être, d’équilibre entre vie perso et pro ou sur le recours au télétravail. La rémunération n’arrive qu’en 6e position, illustration claire de ce changement de priorités pour cette profession.

45% envisagent de quitter leur entreprise

Optimistes, ils sont néanmoins 75% à penser que le monde de l’entreprise va fondamentalement changer après la crise sanitaire.

« Cette nouvelle étude met en exergue ce que nous observons depuis le début de la pandémie au sein de la population cadre: une attention portée sur le bien-être de plus en plus forte, et la quête de sens, qui est au cœur de leur questionnement depuis plusieurs mois. Les entreprises qui pourront répondre favorablement à ces différentes aspirations devraient fidéliser leurs talents » commente Élodie Franco Da Cruz, Responsable des études chez Cadremploi.

*: étude réalisée sur un échantillon de 1342 répondants via un questionnaire en ligne du 7 au 9 mai 2021.

Olivier Chicheportiche Journaliste BFM Business



Lire la suite
www.bfmtv.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *