René Obermann (Airbus) : »Le SCAF est vital pour l’Europe »


Dans un entretien aux Echos, René Obermann (président du conseil d’administration d’Airbus), rappelle la nécessité de mener à terme le programme SCAF, un projet « vital » pour la souveraineté de la défense européenne.

Le programme Scaf (système de combat aérien du futur) est-il compromis? La réponse repose désormais sur les élus allemands qui devront voter son financement dans quelques jours. Dans un entretien aux Echos, René Obermann, président du conseil d’administration d’Airbus depuis un an après avoir dirigé Deutsche Telekom, se montre confiant et rappelle la nécessité de mener à terme ce projet.

« Le SCAF est vital pour l’Europe. (…) Nous parlons de la construction de la prochaine génération d’avions de combat mais aussi de capacités de guerre électronique, des véhicules sans pilote et des drones volant en grappe, ainsi que de connectivité entre tous ces éléments », explique René Obermann.

Le président d’Airbus répond aussi aux critiques émises par deux rapports du ministère allemand de la Défense, qui craignent que l’accord industriel ne va pas dans le sens des « intérêts allemands ». L’une de ces publications estime même que le NGF (New generation fighter), l’avion de chasse au coeur du Scaf dont la maîtrise d’oeuvre a été confiée à Dassault Aviation, serait un « Rafale + » financé avec l’aide de l’Allemagne et de l’Espagne ».

« Après des mois de négociations, qui ont effectivement été difficiles, tous les partenaires industriels ont remis une proposition commune à nos nations clientes sur la façon de procéder. Tout ce que je peux dire, c’est que nous sommes maintenant prêts et alignés », déclare René Obermann en rappelant que le projet global ne peut se faire sans une coopération européenne.

Convaincre le Bundestag

Et comme pour répondre à Eric Trappier, président de Dassault, qui en plein coeur de la crise avec Airbus, évoquait en mars dernier la possibilité de mener seul le programme en cas de désaccord, René Obermann rappelle que le SCAF est un système basé sur un cloud européen.

« Pour gérer cette complexité, nous avons besoin de coopération. Il est impossible de le faire seul », estime le président d’Airbus.

Enfin, René Obermann ne cache pas les ambitions de son groupe en matière de défense. Lors de la crise du Covid, l’industrie aéronautique civil a été frappé de plein fouet et le militaire a soutenu cette industrie.

« Au premier semestre 2020, nous avons brûlé plus de 12 milliards d’euros de trésorerie au total. La Défense et l’Espace ainsi que les Hélicoptères ont bien contribué à notre stabilité en 2020 », reconnait René Obermann.

Il rappelle à ce titre la nomination à la tête de la division ingénierie d’Airbus Sabine Klauke, une spécialiste de l’industrie de la défense. Cette ingénieure est parfaitement francophone. Elle est diplômée de l’École Nationale Supérieure d’Ingénieurs en Mécanique Énergétique (ENSI) de Valenciennes et a travaillé pour une filiale de Dassault Systems, où elle a développé des systèmes pour les industries aérospatiales.

Autant d’arguments qui visent à convaincre le Bundestag de soutenir le Scaf et à travers ce projet, la filière aéronautique européenne en général et Airbus en particulier.

Pascal Samama



Lire la suite
www.bfmtv.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *