fbpx

Les opérateurs télécoms profitent du succès de la fibre mais souffrent de l’absence des touristes



Les opérateurs télécoms profitent du succès de la fibre mais souffrent de l'absence des touristes

Leurs revenus sur le marché de détail augmente de près de 2% en un an au premier trimestre 2021, un rythme de croissance inégalé depuis plus de dix ans.

Après des années de stagnation, les revenus des opérateurs télécoms ont clairement progressé au premier trimestre, selon les chiffres du régulateur, l’Arcep.

Ils se hissent à 8,9 milliards d’euros HT sur la période, soit une croissance annuelle de près de 2%, du jamais vu depuis plus de 10 ans! Tous les postes de revenus (services fixes, mobiles et revenus annexes) sont orientés à la hausse.

Les acteurs de ce marché (Bouygues Telecom, Orange, Free et SFR, une filiale d’Altice tout comme BFM Business) profitent avant tout d’un engouement sans précédent pour la fibre optique, à l’heure où les Français étaient massivement en télétravail.

Le très haut débit supplante le haut débit

« Le revenu des services à haut et très haut débit continue de croître à un rythme soutenu, et à un taux qui n’avait pas été atteint depuis quatre ans (+3,5% en un an) », note l’Arcep.

D’ailleurs, pour la première fois depuis le début du très haut débit en France (qui englobe les technologies comme le câble et la fibre optique offrant plus de 30 Mb/s de débit), la France compte une majorité (51%) d’abonnements de ce type à 15,7 millions contre 15,1 millions pour le haut débit (ADSL et câble).

C’est une progression de 9 points en un an, selon les chiffres de l’Autorité.

10 milliards d’euros d’investissements

Et le résultat aurait pu être encore meilleur si les touristes non-européens n’avaient pas déserté la France pour cause de covid. Car rappelons que les appels mobiles de ces consommateurs passent par les opérateurs français qui prélèvent leur obole (ce qu’on appelle le roaming). Le revenu des services mobiles progresse de 1,9% en un an, mais « cette croissance est près de deux fois inférieure à celle du premier trimestre 2020 ».

C’est en tout cas de bonne augure pour les opérateurs télécoms pris en tenaille depuis des années entre des revenus en stagnation, des usages à la hausse et des investissements à consentir toujours plus importants: licences 5G, déploiements des réseaux fibre et 5G… L’an passé, ils ont ainsi investi pas moins de 10 milliards d’euros…

Olivier Chicheportiche Journaliste BFM Business



Lire la suite
www.bfmtv.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.