Les donnes pidmiologiques qui vont peut-tre pousser Olivier Vran la dmission


Suite aux déclarations exagérément alarmistes et répétées d’Olivier Véran, le Président de la République a fini par changer d’avis, en revenant sur sa parole solennellement donnée, en acceptant la vaccination de nos enfants et l’instauration d’un Pass Sanitaire. Après la globale validation par le Conseil d’Etat, le Parlement a voté ce qui s’est avéré comme un véritable Pass Sanitaire arnaque. Le Conseil Constitutionnel a ensuite validé cette scandaleuse loi liberticide.

Pourquoi « arnaque » ? Pour diverses raisons. Exemples : 

►Pourquoi prétendre que les terrasses aérées sont plus contagieuses que les bus, RER ou métros bondés ? 

►Pourquoi licencier le personnel médical non vacciné volontaire pour l’accueil, les conseils, les premiers soins et le suivi des contaminés, alors que les hôpitaux sont en grave difficulté avec jusqu’à 40% de salariés absents (pour maladie, congés d’été ou démission) ? 

►Pourquoi imposer la vaccination obligatoire à tout le Monde alors que le Président de la République avait exclu de toucher à nos enfants et que l’Organisation Mondiale de la Santé a diffusé une consigne claire de non vaccination des enfants au profit ciblé des personnes médicalement affaiblies (jeunes ou âgées) et au profit des pays du Tiers-Monde en manque dramatique de moyens et de vaccins ? 

►Pourquoi tous ces messages sanitaires dramatiques sur une hausse des décès en France et en Europe alors que la létalité du Covid via le variant DELTA a globalement baissé dans toute l’Europe (voir graphique) au point de rejoindre celle d’une grosse grippe ordinaire (8.000 à 13.000 décès par an) ?

►Pourquoi ces anachronismes caricaturaux et ces non sens n’ont pas été dénoncés par les médias ?

►Pourquoi cet incroyable aveuglement et complicité objective des grands partis parlementaires de gouvernement, au point d’abandonner si facilement moral et éthique comme en 1940 ?

.

Ces questions ne commencent pas par le « QUI ? » complotiste antisémite, mais par Pourquoi ? Monsieur Olivier Véran va devoir répondre un jour, notamment lorsque nous aurons obtenu sa démission, ainsi qu’un plan de retrait immédiat -progressif- de cet inacceptable Pass sanitaire arnaque. 

.

Comment obtenir la démission d’Olivier Véran ?

En diffusant les faits réels et les chiffres concrets, les véritables données, en les analysant et les comparant. Notamment les deux graphiques ci-dessous regroupant des données (anglo-saxonnes) utilisées par le Monde entier. Cette comparaison démontrera l’incroyable opération de manipulation du public, des médias et des corps constitués afin de faire voter cette loi liberticide honteuse. A la veille de sa campagne électorale présidentielle, je suis persuadé que le Président de la République (et candidat) Emmanuel Macron refusera de cautionner les actes répréhensibles d’un ministre psycho-rigide incompétent* arrivé à la limite de la folie.

.

Comment négocier et obtenir le « plan de retrait immédiat progressif » du Pass Sanitaire arnaque ?

En utilisant le texte de conclusion du Conseil Constitutionnel lui-même.

En premier lieu, l’article 22 :

l’état d’urgence sanitaire vise à permettre aux pouvoirs publics de prendre des mesures afin de faire face à une crise sanitaire grave. Le législateur avait estimé, au regard des données scientifiques disponibles sur la situation sanitaire, que l’épidémie connaissait une progression contribuant, compte tenu des capacités hospitalières réduites actuelles, d’une couverture vaccinale incomplète, à un état de catastrophe sanitaire mettant en péril, par sa nature et sa gravité, la santé de la population. Il a par ailleurs considéré, au regard de la dynamique de l’épidémie, que cet état devrait perdurer au moins durant les deux mois à venir.

Les données disponibles (notamment du site statistique international Our World in data) permettent maintenant

=► d’invalider au grand jour cette pseudo catastrophe sanitaire, de péril public et surtout, de démontrer que la dynamique actuelle nous oriente vers une épidémie très peu létale, à la limite d’une simple grosse grippe tuant les personnes déjà en état de faiblesse médicale.

=► de démontrer que l’urgence consiste à s’occuper en priorité des citoyens vulnérables, pas uniquement avec le vaccin, mais aussi avec un encadrement, des premiers soins et un suivi médical permettant une hospitalisation plus rapide en cas de nécessité*.

=► de certifier enfin qu’une large majorité des décès en France (et ailleurs) découle des onéreux et très mauvais conseils de la société de consulting américaine MacKinsey et de la politique ministérielle d’isolement doliprané, avec ordonnance incomplète, absence totale de suivi et arrivée trop tardive à l’hôpital.

(NB/ La comparaison entre les résultats du protocole de l’IHU de Marseille et les résultats des hôpitaux en Ile-de-France est spectaculaire : quatre fois moins de morts en moyenne).

https://www.youtube.com/watch?v=NUCCMTEu2Kk

.

Le Conseil constitutionnel s’est juridiquement auto-protégé en mettant en avant les (mauvais) choix du Comité Scientifiques prévu par l’article L. 3131-19 du code de la santé publique. Il a ensuite bétonné son auto-protection par cette phrase en fin d’article 22 qui restera dans les annales des contorsions juridiques les plus spectaculaires : 

« Il n’appartient pas au Conseil constitutionnel, qui ne dispose pas d’un pouvoir général d’appréciation et de décision de même nature que celui du Parlement, de remettre en cause l’appréciation par le législateur de l’existence d’une catastrophe sanitaire et du risque qu’elle persiste dans les deux prochains mois, dès lors que, comme c’est le cas en l’espèce, cette appréciation n’est pas, en l’état des connaissances, manifestement inadéquate au regard de la situation présente de ces territoires ». (Ouf !)

Après le bottage en touche au niveau des responsabilités quant à l’appréciation de la « catastrophe sanitaire », les articles 22 et 23 offrent même une porte de sortie ne dépendant pas du Conseil Constitutionnel mais laissée à l’appréciation du Conseil des Ministres (et non du Conseil de Défense, du Conseil Scientifique ou autres conseils Théodule passés ou à venir). Il y a même un juge chargé de vérifier « l’existence de catastrophe sanitaire, d’urgence sanitaire et de la… proportionnalité », avec possibilité d’écourter l’application de cette loi liberticide  : 

En vertu du premier alinéa du paragraphe I de l’article L. 3131-15 du code de la santé publique, l’article 23 stipule que les mesures prévues dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire ne peuvent en tout état de cause être prises qu’aux seules fins de garantir la santé publique. Selon le paragraphe III du même article, elles doivent être strictement proportionnées aux risques sanitaires encourus et appropriées aux circonstances de temps et de lieu. Il y est mis fin sans délai lorsqu’elles ne sont plus nécessaires. Le juge est chargé de s’assurer que de telles mesures sont adaptées, nécessaires et proportionnées à la finalité qu’elles poursuivent.

24. En dernier lieu, quand la situation sanitaire le permet, il doit être mis fin à l’état d’urgence sanitaire par décret en conseil des ministres avant l’expiration du délai fixé par la loi le prorogeant.

.

En clair, les données (synthétisées par les graphiques ci-dessous (source : site statistique international Our World in data), mais pas uniquement, voir la vidéo très convaincante de Didier Raoult du 17 Août 2021), permettent dès aujourd’hui d’appuyer concrètement la demande politique ET judiciaire du think tank « SOLution  ». Il appartient maintenant aux avocats et citoyens qui le souhaitent, de relayer ce message, afin que les actions judiciaires, les pétitions et les prochaines manifestations augmentent en volume au point d’inciter le pouvoir à écouter, à comprendre et à agir en conséquence.

.

En sus du slogan peu clair d’une des quatre manifestations parisiennes (uniquement centrée sur le mot LIBERTE tombant à plat : liberté de quoi, de contaminer ? De ne pas appliquer les gestes barrières et de faire n’importe quoi ? De ne pas soigner ? Ou d’affronter le Covid avec l’homéopathie ou l’acupuncture ?), nous rajouterons d’autres slogans pleins de bon sens, bien plus pertinents, pour accélérer la prise de conscience du public (vacciné ou non, pro vaccin ou non), l’accroissement de la mobilisation citoyenne et le renforcement du poids politique d’opposition collective. Le tout en demeurant strictement et soigneusement trans-partis. Même des notables de LaREM, démissionnaires ou non, peuvent participer à nos manifs (pacifiques dans l’action et percutantes au niveau des mots d’ordres et des revendications sanitaires).

.

Le débat national –vraiment indépendant de tous partis– est lancé.

L’objectif d’une structuration de l’opposition à l’actuelle politique sanitaire est d’obtenir un retrait négocié du « Pass Sanitaire arnaque », avec instauration des premiers soins** et du suivi des contaminés (surtout les plus fragiles) avant fin septembre 2021 (et non de multiplier des manifestations politisées et récupérées jusqu’en Mai 2022).

 

=======================

*Remarque : Observez bien dans le graphique qu’Israël, championne de la vaccination Pfizer, subit une forte hausse des contaminations et… des décès !

Notez aussi que le Ministère français de la Santé veut poursuivre exactement la même politique sanitaire déficiente…

**Nous voulons sauver à la fois l’économie et des vies, maintenant, pas aux calendes grecques.





Lire la suite
www.agoravox.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *