En difficulté, les compagnies Air Austral et Corsair vont-elles fusionner?



En difficulté, les compagnies Air Austral et Corsair vont-elles fusionner?

Un tel rapprochement entre les deux compagnies aériennes spécialisées dans les liaisons vers l’outre-mer suscite néanmoins pas mal d’oppositions.

Si la majorité des grandes compagnies aériennes semblent avoir tourné (pour le moment) la page de la pandémie, pour les plus petites, l’avenir est encore incertain.

C’est le cas d’Air Austral, compagnie française spécialisée dans les liaisons vers et depuis l’île de la Réunion qui a vu son chiffre d’affaires s’effondrer de 55% entre 2020 et 2021 et qui est en quête d’argent frais malgré un PGE et un prêt direct d’un montant total de 100 millions d’euros.

Ou encore de Corsair, également spécialisé dans l’outre-mer qui malgré un PGE de 141 millions d’euros et une recapitalisation souffre depuis plus d’un an. La compagnie a particulièrement été touchée cet été par la mise en confinement de la Martinique et de la Guadeloupe.

« Une option »

D’où l’idée récurrente -mais aujourd’hui plus palpable- d’une fusion entre les deux compagnies. Cette éventualité a été évoquée clairement par le gouvernement: c’est « une option » a ainsi déclaré Olivier Dussopt, ministre des Comptes publics, à l’Assemblée nationale ce mardi.

Pour ce dernier, une fusion « aurait le mérite de préserver une identité réunionnaise et l’implantation locale, une option sur laquelle chacun devrait travailler ».

Reste qu’une telle perspective ne fait l’unanimité, surtout du côté de la Réunion. Les syndicats d’Air Austral et la présidente de la région y sont opposés. « Nous sommes déterminés, élus de tout bord, pour préserver les emplois, 900 emplois directs et plus de 3000 générés par cette compagnie. Compte tenu du taux de chômage du territoire, il est nécessaire que Bercy nous entende » assène Huguette Bello.

Air Austral étant plus petite et plus en difficulté que Corsair, les élus et les salariés craignent que la compagnie soit celle qui soit le plus pénalisée si une fusion était réalisée.

Les députés de l’île plaident pour un autre scénario. Dans un courrier adressé à Sébastien Lecornu, il demande à rencontrer le ministre des Outre-mer, afin d’élaborer de nouvelles pistes de soutien pour la compagnie.

Olivier Chicheportiche Journaliste BFM Business



Lire la suite
www.bfmtv.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *