un an après, la filière se pose la question de son avenir



un an après, la filière se pose la question de son avenir

Après l’offensive du masque made in France au début de la crise du Covid, les producteurs français sont menacés par la concurrence chinoise. Aujourd’hui, la France produit 90% de masques FFP2 en moins qu’au plus fort de la crise.

A peine lancée et déjà délaissée? Il y a un an et demi, la production de masques made in France démarrait face à une demande en pleine explosion. Aujourd’hui, la filière se pose toutefois la question de son avenir. L’exemple de la Coop des masques, en Bretagne, illustre bien la problématique rencontrée par les producteurs français. Cette société, née fin 2020 dans les Côtes-d’Armor, était menacée en septembre de dépôt de bilan.

Depuis, après une vaste opération de déstockage et un appel au grand public, elle a repris un rythme de production dynamique. En tout cas sur les masques chirurgicaux.

« Ils tournent bien », reconnaît Patrick Guilleminot, directeur général de la Coop des Masques. Mais pour les masques FFP2 – utilisés majoritairement dans les centres de soins – en revanche, « on est à l’état d’arrêt », regrette-t-il.

Avant la pandémie, il n’existait que quelques fabricants nationaux de masques. Mais le Covid a changé la donne. Face à la pénurie, le gouvernement a multiplié les appels du pied aux industriels. Fin mars 2020, le président Emmanuel Macron lui-même s’était déplacé dans l’usine de Kolmi-Hopen, l’un des principaux fabricants de masques, à Angers.

Le gouvernement a en outre lancé un appel à manifestation d’intérêt pour les producteurs de meltblown, ce matériau filtrant nécessaire à la fabrication des masques. Bilan: dix-huit mois plus tard, une trentaine de producteurs de masques sont sur les rangs en France et une dizaine fabriquent du meltblown. Sur le papier, c’est un succès: en début d’année, la filière pouvait produire jusqu’à 100 millions de masques par semaine.

Un marché saturé

Or entretemps, les importations asiatiques – moins chères – ont repris. Et l’intérêt pour les masques français a reculé. Au point que la filière produit aujourd’hui 90% de masques FFP2 en moins qu’au plus fort de la crise, et moitié moins de modèles chirurgicaux, estime le président du syndicat des fabricants français de masques, Christian Curel, lui-même à la tête d’une entreprise de masques. « Un certain nombre de producteurs ont déjà arrêté », ajoute-t-il.

Kolmi-Hopen lui-même, fabricant historique, est passé de 3,5 millions de masques produits chaque jour au plus fort de la pandémie à environ 1,5 million aujourd’hui.

La société, qui compte actuellement 180 salariés, a même dû se séparer de 70 employés cet été face à la baisse des commandes, dans « un marché saturé de masques », explique Gérald Heuliez, son dirigeant, qui envisage l’avenir avec prudence. « Si malheureusement les volumes baissent, il faudra qu’on se pose des questions sur notre organisation globale », dit-il ainsi.

Les témoignages se ressemblent à travers la France. Près de Toulouse, le groupe AHG, équipementier aéronautique, a créé la marque Auriol masques au printemps 2020.

« Il y a eu de grosses commandes de l’Etat l’an dernier. Ensuite, on a rencontré la même situation que les autres fabricants, et les commandes ont été divisées par deux par rapport à fin 2020 », souligne Alexandra Biescas, responsable commerciale pour AHG Medical. Mais la société continue néanmoins d’embaucher pour son usine de meltblown.

Au coeur du phénomène? Une question de prix. Le masque importé est vendu 2 à 4 centimes, contre 5 à 10 centimes pour un masque français, selon le syndicat des fabricants. Or, lors des appels d’offre des hôpitaux, qui sont de gros clients, le prix est souvent le critère prédominant, regrettent les industriels français.

« On a été un peu déçus par les collectivités qui s’inscrivent dans un discours d’achat local mais ne le concrétisent pas assez par des achats », déplore ainsi Serge Avetand, responsable commercial pour la petite entreprise finistérienne Diwall, créée en septembre 2020.

« Déception »

Même son de cloche auprès de m3 Sanitrade, la division santé du suisse m3, qui a lancé deux usines de production de masques, en France et en Suisse, durant la pandémie.

« Notre grosse déception, c’est sur le FFP2 (…) On imaginait des commandes publiques et c’est la déroute totale de ce côté-là », regrette Christian Glaenzer, directeur industriel de cette division, avec une situation similaire dans les deux pays. Pour les masques chirurgicaux en revanche, le scénario n’est pas le même. « Actuellement, on tourne en trois-huit sur les masques chirurgicaux », raconte-t-il.

Du côté du ministère de l’Industrie, on reconnaît une situation parfois délicate. Au début de la crise, la commande pour les établissements de santé était réalisée directement par Santé Publique France. Mais depuis, le secteur est revenu à un système classique. Désormais, les hôpitaux achètent eux-mêmes leurs masques, le plus souvent en passant par des centrales d’achats, et le prix est souvent un critère privilégié.

Pour contrer cela, le syndicat des fabricants de masques réclame la mise en place de nouvelles recommandations par les ministères. Une circulaire doit bientôt être publiée afin que lors des appels d’offres, d’autres critères soient pris en compte que le prix. Cette circulaire, en cours de finalisation, devrait être diffusée début décembre, indique le ministère de l’Industrie. Charge ensuite aux acheteurs de « se saisir de ces outils ».

Certains ont commencé, comme la centrale d’achat hospitalier publique Resah, qui a créé un consortium avec une autre centrale publique, UniHA. Ces dernières viennent de lancer un appel d’offres pour 120 millions de masques par an – sur quatre ans -, pour le compte d’hôpitaux français.

« On tire les enseignements, on a changé de politique d’achat depuis la crise », explique ainsi Dominique Legouge, directeur général du Resah.

Ainsi, le prix compte pour 25%, l’aspect technique pour 35%, la sécurité de l’approvisionnement et l’impact environnemental représentant les autres critères de cet appel d’offre réservé aux producteurs fabriquant en Europe.

En attendant, si certains acteurs craignent pour leurs activités, d’autres envisagent l’avenir sereinement. C’est le cas de Meltblo France, en Franche-Comté, qui a démarré sa production en avril. Pour son fondateur, Nicolas Burny, le « seul moyen de durer est de se démarquer par l’innovation et de penser au produit de demain », plaide-t-il. Au risque sinon qu’en cas de nouvelle pandémie, « on ne retourne à notre situation de dépendance de début 2020 », alerte Christian Curel.



Lire la suite
www.bfmtv.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *