Propositions pour l’Europe. Et plus globalement pour grer la France … et le monde


 

Que de questions et débats sur l’Europe ! Voici quelques propositions de plus, mais avez-vous déjà abordé le sujet sous cet angle ?

 

Avant de parler Europe, une réflexion plus générale sur la grande évolution des humains de l’autonomie vers la spécialisation.

1) dans la préhistoire, l’humain chassait, cueillait des baie, fabriquait ses quelques outils et vêtements … Bref le cercle familial était autonome, il se suffisait à lui-même

2) puis c’est le début de la spécialisation. Le paysan maitrise mieux que les autres la culture de la terre pour nourrir tout le monde, le soldat maitrise mieux que les autres le maniement des armes pour défendre le groupe, le maréchal-ferrant connait la forge et la pose du fer à cheval, et en ville le boulanger fait le pain pour tous. Mais l’autonomie reste au niveau du village ou de la région, c’est encore local. Un groupe réduit est autonome.

3) ce mouvement s’est largement accru. Ou en sommes-nous aujourd’hui ? Prenons n’importe quelle grande ville française, voire une région de plusieurs millions d’habitants … ce groupe de très nombreux humains est-il autonome pour répondre à ses besoins ? Bien sûr non, car les besoins actuels ne sont plus simplement « se nourrir » comme l’homme préhistorique, mais construire des trains, auto, avions, TV, smartphone, … qu’aucune région ne sait faire en totalité.

4) pire que cela, si cet énorme groupe d’humains atteint la taille d’un pays comme la France, voire d’un continent comme l’Europe, ce n’est pas encore suffisant pour être autonome sur nos besoins en TV, smartphone, composants électoniques, médicaments, et même … jouets pour Noel !, c’est la spécialisation poussée à l’extrême, et la mondialisation.

Alors faut-il lutter contre le principe de la spécialisation ? Non et oui !

Non car même si ceux qui dénoncent une consommation excessive, des besoins pas toujours justifiés, ceux qui prêchent la décroissance, peuvent avoir quelques arguments parfois intéressants, il serait risible de revenir à une autonomie du cercle familial, voire de la ville ou de la région. Soyons réalistes, la conception et la réalisation de smartphones ou d’avions ne peut se dupliquer dans chaque région.

La spécialisation permet des économies d’échelle. Un Airbus européen semble mieux que 10 ou 20 avions nationaux. Optimisation des études et de la production. Plus facile de vendre au reste du monde.

Oui pour lutter contre une spécialisation de tout au niveau mondial, car comme cela est largement dénoncé par ailleurs, cela génére divers inconvénients majeurs :
* inconvénients écologiques avec les multiples exemples de produit qui font le tour du monde avant d’arriver chez vous. Les gains de la spécialisation sont annulés par les inconvénients
* gros risques en cas de conflits humains : c’est l’exemple covid où nous sommes incapables de répondre a des besoins de base comme les masques. C’est l’exemple ou la spécialisation de quelques composants électroniques dans la seule Chine bloque de nombreuses productions du monde

QUELLE EST LA SOLUTION ?

Ainsi pour chaque chose, pour chaque production, pour chaque décision, il faut déterminer quel est le bon niveau, le bon regroupement d’humains à retenir.

Entre le niveau « groupe familial » et le « niveau mondial », faut-il placer tel sujet au niveau du quartier, de la commune, de l’agglo, …, du canton, du département , de la région, du pays, du continent ?

Mais avant de tenter de répondre à ces questions, regardons un point encore plus important pour que les choses aillent mieux : c’est la clarification des responsabilités et champ d’action de chacune des structure, avec
UN OBJECTIF DE NON REDONDANCE.

De quoi s’agit-il ? je prends souvent l’exemple de la construction d’un rond-point sur une route. Près d’un chantier, vous avez sans doute eu la curiosité, comme moi, de lire les informations affichées sur de gigantesques panneaux annonçant la nature des travaux, par exemple d’un nouveau rond-point à l’entrée de la ville.

Et l’on découvre que l’ouvrage est financé (je caricature à peine)
. À hauteur de x euros par le ministère des travaux publics
. À hauteur de y euros par la région
. À hauteur de z euros par le département
. À hauteur de w euros par la commune

Et pourquoi pas un peu par l’Europe en 5eme acteur.
Vous vous dites, tout le monde a été sympa et a participé, c’est bien.
Objection votre honneur ! En pratique, cela veut dire que celui qui a souhaité ce rond-point a diffusé un dossier vers les 4 structures (nationale, région, département, commune), qu’au niveau de ces 4 structures, un service, une commission a étudié le dossier, a tranché avec d’autres dossiers en fonction de son budget, pour finalement proposer sa participation. En parallèle, ces 4 structures ont sans doute dépensé de l’énergie pour obtenir ou justifier l’utilisation de leur budget sur ce projet. Bref faire 4 fois un travail similaire me semble la preuve d’une mauvaise organisation. Quel gâchis.
Je propose donc que les domaines de responsabilité soit clairement définis entre les diverses structures communautaires, qu’elles soient géographiques (par exemple niveau national, région, département, commune), ou fonctionnelles (ministère de x, ministère de y, …). Aucun chevauchement admis dans la répartition = gage d’efficacité.

 

Pour en revenir à l’Europe

Sans entrer dans le débat « combien et quels niveaux de structure » entre la famille et le monde, c’est-à-dire toutes les questions du genre
* redondance ou pas entre département et région, que garder ?

* redondance ou pas entre commune, agglo/communaute de communes, canton, que garder ?

Je prends pour hypothèse qu’une structure est intéressante au niveau continent Europe.

 

Cette dimension de regroupement semble actuellement raisonnable pour des réalisations ou des projets tels que
* conception et réalisations d’aviation, notre fameux airbus
* idem pour l’aerospatiale
* idem pour le ferroviaire même si l’Europe actuelle a empêché la fusion Alstom/Siemens pour faire l’Airbus du rail. Quelle erreur ! Et au titre de la concurrence interne européenne (ils n’ont réellement rien compris)
* une monnaie commune
* etc.

 

Quelle pourrait être la démarche ?

En 3 phases :
1) Entre français, déterminer ce que nous souhaitons faire gérer au niveau européen. Faire un projet permettant l’adhésion d’un grande majorité de citoyens
Débat à mener, perso je propose les points ci-dessus, mais aussi les principales productions (médicaments, industrie, etc.), la fiscalite des entreprises, la défense, et, lié à la monnaie unique les rémunérations de chaque métier.

2) Proposer ce projet à tous les européens. Si le projet est réellement bon, on peut raisonnablement penser que d’autres pays adhéreront. Pourquoi une bonne chose ne conviendrait-elle qu’aux français ?

3) Et seulement à ce moment, envisager de se séparer de quelques pays réticents pour mettre en œuvre le projet avec les seuls qui y adhérent. Fini le débat Frexit actuel qui est prématuré.

 

Naturellement cette structure Europe devrait être gérée par des gestionnaires sous contrôle des peuples, donc gérée par des élus. Modalités à débattre et à préciser mais finalement comme pour tous les autres niveaux de la commune au national.

EN COMPLEMENT : cet exercice fait pour l’Europe serait bien sûr à faire pour chaque niveau de gestion. Sans préjuger des choix permettant un consensus, supposons qu’entre le niveau familial et le niveau européen, nous retenions 3 niveaux,

* l’état

* la région

* la communauté de communes

il faudrait alors redéfinir les responsabiltés de chaque niveau, en respectant la règle qu’un dossier n’est traité qu’à un seul endroit pour la meilleure efficacité collective.

Alors par exemple, à quel niveau devons nous gérer

* les autoroutes

* l’éducation/l’instruction (je n’ose plus dire nationale puisque c’est la question)

* la nourriture

* la recette du Roquefort (eh oui, pas évident que l’Europe ait besoin de travailler sur le sujet comme actuellement)

* le système de santé

etc.

je ne réponds bien sûr pas aux questions puisque c’est l’objet du débat. Mais si, avec cette démarche, nous arrivions à définir une situation plus claire et acceptée par le plus grand nombre, quelle simplification et, en conséquence quelle économie sur la gestion !





Lire la suite
www.agoravox.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *