Google pourrait licencier ses salariés refusant de se faire vacciner



Google pourrait licencier ses salariés refusant de se faire vacciner

Ils devront présenter une preuve de vaccination avant le 13 janvier. Dans le cas contraire, ils risquent d’être placés en congés avant un éventuel licenciement.

Google ne veut plus de non-vaccinés dans ses rangs. Selon CNBC, une note interne prévoit une série de mesures coercitives envers les employés americains refusant le vaccin. Google met ainsi la pression sur les récalcitrants.

Depuis le 3 décembre, les salariés du géant américain doivent présenter une preuve de vaccination ou une attestation médicale ou religieuse d’exemption. Le groupe estime que la politique de la multiplication des tests n’est pas acceptable. Ils ont jusqu’au 13 janvier pour le faire.

Après cette date, sans cette preuve, le salarié sera placé en congé payé administratif pendant 30 jours. Si l’employé persite dans son refus, il sera alors placé en congé sans solde pendant une durée allant jusqu’à 6 mois. Ensuite, un licenciement pourra être décidé.

Pression

Interrogée par The Verge, une porte-parole de Google explique: « Comme nous l’avons déjà indiqué, nos exigences en matière de vaccination sont l’un des moyens les plus importants pour assurer la sécurité de notre personnel et assurer le fonctionnement de nos services. Nous nous engageons à faire tout notre possible pour aider nos employés qui peuvent se faire vacciner à le faire et soutenons fermement notre politique de vaccination ».

Selon CNBC, Google proposera néanmoins des solutions pour les non-vaccinés à travers des postes non concernés par cette obligation, notamment quand le télétravail est possible.

Rappelons que Google anticipe en fait une loi fédérale portée par Joe Biden qui introduit l’obligation vaccinale d’ici le 4 janvier pour tous les salariés d’entreprises comptant plus de 100 personnes.

La loi d’obligation vaccinale en suspens

Mais cette mesure est aujourd’hui en suspens, la cour d’appel de la Nouvelle-Orléans a en effet estimé qu’elle « dépasse largement » l’autorité de l’administration. Cette décision intervient après un jugement similaire, rendu la semaine dernière et qui a suspendu cette mesure.

Le groupe de Mountain View n’est pas le seule aux Etats-Unis à imposer la vaccination des salariés. Les pharmacies CVS, le pétrolier Chevron, Disney ou la banque Goldman Sachs…, imposent à tout ou partie de leurs employés d’apporter la preuve qu’ils ont bien été vaccinés.

Des villes prennent également des mesures très fortes. Le 6 décembre, le maire de New York, Bill de Blasio, a annoncé que tous les employés du secteur privé seraient soumis à une obligation vaccinale contre le coronavirus. La mesure s’appliquera à compter du 27 décembre prochain.

Olivier Chicheportiche Journaliste BFM Business



Lire la suite
www.bfmtv.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.