fbpx

Le moral des décideurs rechute, la 5e vague pèse


Selon la dernière édition du baromètre des Décideurs Viavoice, HEC Paris, Le Figaro, BFM Business, la dynamique positive observée chez les patrons depuis plusieurs mois s’est brutalement retournée.

Cinquième vague covid plutôt violente, émergence du variant Omicron, retour des doutes sur la reprise économique… Autant d’éléments qui ont fait plonger le moral des décideurs en novembre selon la dernière édition du baromètre* des Décideurs Viavoice, HEC Paris, Le Figaro, BFM Business.

Ainsi, après plusieurs mois de dynamique positive portée par l’amélioration de la situation sanitaire et une croissance forte, la perception des perspectives économiques et au niveau de l’emploi se retournent. L’indice synthétique du moral des décideurs perd ainsi subitement 8 points et s’établit à -20.

Indice du "Moral des Décideurs" depuis un an et demi
Indice du « Moral des Décideurs » depuis un an et demi © Viavoice

Rappelons qu’au coeur de l’épidémie (mars-mai 2020), l’indice était tombé à -48 avant de remonter jusqu’à -12 en septembre dernier.

Une majorité de décideurs pense que leur niveau de vie va se dégrader

Concernant les perspectives sur le niveau de vie: 54% des décideurs (+6 points en deux mois) et près de 6 Français sur 10 (59%) considèrent que celles-ci vont se dégrader d’ici un an.

Alors qu’elles s’amélioraient depuis un an, les anticipations en matière d’emploi se dégradent également: 46% des décideurs (+4 points depuis septembre) et 52% des Français pensent que le nombre de chômeurs augmentera dans les mois qui viennent.

Plus d’un Français sur deux (+ 11 points par rapport à septembre 2021) et 40% des décideurs (+ 6 points) estiment que leur situation personnelle va se dégrader au cours des mois à venir.

Sur le plan professionnel, les indicateurs sont aussi orientés à la baisse avec notamment une nette fragilisation de la motivation des collaborateurs, dont 52% des décideurs (+ 8 points depuis septembre) font le constat.

Symbole de cette confiance ébranlée, les perspectives d’opportunités pour faire progresser la carrière accusent le coup: 70% des Français en activité professionnelle et 68% des décideurs considèrent qu’elles sont faibles.

La 5e vague mais pas seulement

Selon l’étude, la situation sanitaire n’est pas le seul facteur qui explique ce retournement brutal. Le contexte de flambée des prix, les tensions sociales pèsent également.

41% des Français se déclarent ainsi « moins à l’aise financièrement », ainsi que 31% des décideurs.

Seuls 11 % des Français s’estiment « optimistes: l’économie se redresse et la crise semble derrière nous », et 63% s’affirment « inquiets en raison de l’état social du pays ».

Face à cette situation, le grand public en appelle d’abord à une relance par une baisse des prélèvements mais plaident aussi pour une augmentation du Smic et des minimas sociaux (40%) ainsi que pour des avantages pour les entreprises dont la production est située en France (40%).

Les décideurs aspirent également en priorité à une baisse des prélèvements sur les ménages (+ 13 points depuis septembre), à favoriser la production locale en accordant des avantages aux entreprises qui produisent en France (43%) et à une simplification des règles qui pèsent sur les entreprises.

La vaccination est toujours considérée comme une arme solide pour sortir de l’ornière. La troisième dose généralisée du vaccin est considérée comme utile par trois décideurs sur quatre et par 65% des Français.

*: Interviews effectuées en ligne du 3 au 7 décembre 2021 auprès de : – Un échantillon de 400 décideurs, représentatif de la population des cadres résidant en France métropolitaine. Représentativité assurée par la méthode des quotas. Un échantillon grand public de 1001 personnes, représentatif de la population âgée de 18 ans et plus résidant en France métropolitaine. Représentativité assurée par la méthode des quotas.

Olivier Chicheportiche Journaliste BFM Business



Lire la suite
www.bfmtv.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.