fbpx

l’américain Lockheed Martin pénalisé par des problèmes d’approvisionnement


Le constructeur du F-35 et des missiles Javelin, entre autres, affiche un chiffre d’affaires en baisse pour le 1er trimestre à cause de problème d’approvisionnement

Le groupe de défense américain Lockheed Martin a fait part mardi d’un chiffre d’affaires en baisse au premier trimestre, en raison notamment de problèmes de chaîne d’approvisionnement, et a laissé ses prévisions pour l’année inchangées.

L’action du groupe, qui a monté après l’invasion de l’Ukraine par la Russie, s’affichait en baisse de 1,8% dans les échanges électroniques précédant l’ouverture de la Bourse de New York.

Fort soutien à l’Ukraine

Les États-Unis et d’autres pays occidentaux ont bien envoyé à l’armée ukrainienne nombre de missiles Javelin, produits par une coentreprise de Lockheed et Raytheon. Mais ces derniers ont été puisés dans leurs stocks respectifs et même si Washington a prévu d’augmenter son soutien à Kiev, les commandes n’ont pas forcément encore été passées.

« Les événements mondiaux de ce trimestre ont marqué un changement radical dans l’environnement géopolitique et ont démontré l’importance énorme d’une dissuasion efficace contre l’agression de grands États et d’une défense mutuelle entre les États-Unis et leurs alliés », a commenté dans un communiqué le PDG du groupe James Taiclet.

« Les hommes et les femmes de Lockheed Martin se consacrent entièrement à améliorer cette capacité de dissuasion en mettant efficacement en oeuvre nos programmes et systèmes existants », a-t-il ajouté sans donner plus de précisions.

Production accrue de F-16

Au premier trimestre, le chiffre d’affaires du groupe a reculé de 8% à 15 milliards de dollars et son bénéfice net a baissé de 6% à 1,7 milliard. Rapporté par action et hors éléments exceptionnels, le bénéfice fait toutefois un peu mieux que les prévisions, à 6,44 dollars. Le groupe souligne que ses opérations ont été affectées par les pics de contamination au Covid-19 en début d’année et par la chaîne d’approvisionnement.

« Nous restons confiants dans nos prévisions pour le reste de l’année et nos perspectives de croissance au-delà », a souligné James Taiclet.

Les ventes tirées de sa division aéronautique, la plus grosse de l’entreprise, sont restées quasiment stables, grâce notamment à la production accrue d’avions de combat F-16. La division missiles a vu son chiffre d’affaires reculer de 11%, la division « Rotary and Mission » (hélicoptères, systèmes électroniques, formation, entrainement) de 14% et la division espace de 15%.

Pascal Samama



Lire la suite
www.bfmtv.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.