fbpx

Moscou aidera à « surmonter la crise alimentaire » si les sanctions sont levées



Moscou aidera à "surmonter la crise alimentaire" si les sanctions sont levées

Le Kremlin précise que cet appel a eu lieu « à l’initiative de la partie italienne.

Le président russe Vladimir Poutine s’est dit jeudi prêt à aider à « surmonter la crise alimentaire » provoquée par le blocage de céréales ukrainiennes et russes en raison du conflit en cours, sous réserve d’une levée des sanctions contre Moscou.

La Russie « est prête à apporter une contribution significative pour surmonter la crise alimentaire grâce à l’exportation de céréales et d’engrais, sous réserve de la levée par l’Occident des restrictions à motivation politique », a déclaré M. Poutine, selon un communiqué du Kremlin, lors d’un appel téléphonique avec le Premier ministre italien Mario Draghi.

Le Kremlin précise que cet appel a eu lieu « à l’initiative de la partie italienne ».

Accusations de blocage des exportations de blé infondées

M. Poutine a assuré que les accusations occidentales affirmant que Moscou, depuis son offensive en Ukraine, bloque les exportations de céréales ukrainiennes n’étaient « pas fondées ».

« Les difficultés apparues sont liées, entre autres, à des perturbations dans le fonctionnement des chaînes de production et de logistique, ainsi qu’à la politique financière des pays occidentaux pendant la pandémie de coronavirus », a-t-il affirmé.

« La situation s’est aggravée en raison des restrictions anti-russes imposées par les États-Unis et l’Union européenne », a-t-il assuré, en référence aux salves de sanctions sans précédent ayant frappé la Russie.

L’Ukraine, gros exportateur de céréales, notamment de maïs et de blé, voit sa production bloquée du fait des combats.

Pour sa part, la Russie, autre puissance céréalière, ne peut vendre sa production et ses engrais en raison des sanctions occidentales touchant les secteurs financiers et logistiques. Les deux pays produisent un tiers du blé mondial.

Vie paisible

Vladimir Poutine a également informé M. Draghi « des travaux en cours pour établir une vie paisible dans les villes libérées du Donbass » et que le processus de paix était « gelé par Kiev ».

Selon un communiqué du gouvernement italien « l’appel a été consacré aux développements de la situation en Ukraine et aux efforts pour trouver une solution commune à la crise alimentaire en cours, ainsi qu’aux graves répercussions sur les pays les plus pauvres du monde ».

Aucun des deux dirigeants n’a évoqué directement le plan de paix en Ukraine proposé par l’Italie.

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a jugé jeudi que ce plan remis par l’Italie à l’ONU n’était pas « sérieux » et qu’il n’en connaissait le contenu que par la presse, le texte n’ayant pas été communiqué à Moscou.



Lire la suite
www.bfmtv.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.