fbpx

De la pauvret la famine mondiale


Selon l’Organisation internationale du Travail (OIT), le chômage mondial devrait s’élever à 207 millions en 2022, dépassant d’environ 21 millions son niveau de 2019, couplé à un déficit de 175 000 millions de dollars dans les budgets climat des pays pauvres.


De la pauvret la famine mondiale

De même, selon Oxfam, plus d’un quart de milliard de personnes supplémentaires pourraient tomber dans des niveaux de pauvreté extrêmes en 2022 à cause de la Covid-19, de l’augmentation des inégalités mondiales et du choc de la hausse des prix alimentaires accentué par la guerre en Ukraine. Cela explique la raison pour laquelle les autorités monétaires mondiales devraient viser à promouvoir les populations fragiles et l’amorce d’une reprise économique mondiale, promouvoir une capacité de production diversifiée et garantir une évolution équilibrée des revenus.

Cependant, le phénomène de la mondialisation économique a fait en sorte que tous les éléments rationnels de l’économie sont interdépendants en raison de la consolidation des oligopoles, de la convergence technologique et des accords d’entreprise tacites, de sorte que l’inflation galopante de l’économie américaine pourrait accélérer la hausse de taux du dollar et la réduction du programme massif d’achat d’obligations par la Fed (tapering). Ceci, couplé aux effets collatéraux de la guerre en Ukraine sous forme de stagflation, pourrait amener la crise systémique à finir par peser sur la reprise économique mondiale naissante et fragile et conduire à des scénarios de stagnation économique séculaire (secular stagnation).

D’autre part, la hausse des prix du pétrole brut se traduira par une augmentation fulgurante du transport de fret et des engrais agricoles qui, conjuguée à la sécheresse au Canada et aux Etats-Unis, à l’absence de céréales ukrainiennes en raison du conflit avec la Russie et à la l’application conséquente de restrictions à l’exportation de produits agricoles de pays tels que l’Inde pour assurer leur autosuffisance, pourrait entraîner une pénurie des marchés mondiaux et une augmentation des prix à des niveaux stratosphériques. Si l’on ajoute à cela l’intervention de courtiers spéculatifs sur le marché à terme des matières premières agricoles, il en résulterait une spirale de hausses des prix des matières premières impossibles à assumer par les économies du tiers-monde, minant les objectifs pour réduire la faim dans le monde. 

L’économiste de l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), Abdolreza Abbassian, a tweeté : « Les actions urgentes sont les plus nécessaires. Une crise majeure affectant les marchés alimentaires est en cours, les plus pauvres du monde en supportant le poids ».

A son tweet, il a publié un rapport de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) « qui appelle à une action coordonnée urgente en matière de sécurité alimentaire ». Le document indique : « La hausse des prix alimentaires est exacerbée par une augmentation spectaculaire du coût du gaz naturel, un ingrédient clé des engrais azotés. La flambée des prix des engrais ainsi que des réductions importantes des approvisionnements mondiaux ont des implications importantes pour la production alimentaire dans la plupart des pays, y compris les principaux producteurs et exportateurs, qui dépendent fortement des importations d’engrais. L’augmentation des prix des denrées alimentaires et les chocs d’approvisionnement peuvent alimenter les tensions sociales dans de nombreux pays touchés, en particulier ceux qui sont déjà fragiles ou touchés par des conflits ».

L’OMC appelle « la communauté internationale à soutenir d’urgence les pays vulnérables par des actions coordonnées allant de la fourniture de vivres d’urgence, un soutien financier, une production agricole accrue et un commerce ouvert ». Dans un autre tweet, Abdolreza Abbassian avertit via une publication du système d’information sur les marchés agricoles (AMIS) : « Les stocks de céréales et d’oléagineux des principaux pays exportateurs sont au plus bas depuis de nombreuses années, tandis que les prix de nombreux intrants, en particulier les engrais, sont proches des records historiques. Dans ce contexte, les prix des principaux produits alimentaires ont fortement augmenté et sont devenus très volatils à mesure que les marchés réagissent aux derniers développements dans le monde ».

Germán Gorraiz López, analyste politique

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

Abonnez-vous à notre chaîne Telegram : https://t.me/observateur_continental

Source : http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=3935





Lire la suite
www.agoravox.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.