fbpx

1 Français sur 2 n’a pas les moyens de partir en vacances mais ne compte pas pour autant les annuler


Alors qu’ils disent être de plus en plus contraints dans leur pouvoir d’achat, les Français assurent être prudents dans leurs dépenses mais les vacances restent sacrées.

Les Français de plus en plus inquiets pour leur pouvoir d’achat. Dans sa deuxième vague d’enquête* sur les conséquences de l’inflation auprès des consommateurs, après celle réalisée en mars, le cabinet Bonial constate que la situation préoccupe de plus en plus les Français. Ils sont désormais 52% à se dire inquiets contre 48% il y a trois mois.

S’ils constatent une augmentation des prix du quotidien comme en témoigne l’évolution de notre chariot BFM Business, ce sont surtout les dépenses contraintes qui plombent leur budget. 78% des Français estiment que les prix des achats contraints (logement, emprunt, charges, transports…) augmentent. Concernant les achats plaisir, ils observent aussi une hausse des prix mais ils sont un peu moins nombreux (62%).

« Les produits alimentaires augmentent mais pas autant que les dépenses contraintes comme l’énergie qui a augmenté de 26% selon l’Insee, rappelle Laurent Landel, le président de Bonial France. Mais les consommateurs ne peuvent arbitrer sur ces dépenses, alors ils vont l’exercer sur les dépenses du quotidien et les achats plaisirs. Les trois quarts des Français (76%) déclarent avoir l’intention de faire évoluer leurs comportements d’achats dans les semaines à venir ».

8% comptent annuler leurs vacances

Les volumes d’achats sont ainsi en forte baisse en grande distribution. Ils ont frôlé les 7% par exemple en avril dernier selon Iri, un record historique sur un mois.

Mais à quelques jours du mois de juillet, ce sont les vacances qui les inquiètent le plus. Après deux années marquées par le Covid et les contraintes sanitaires, les Français se retrouvent cette année limités par la question de la hausse des prix. Ainsi un sur deux (49%) estime ne pas avoir le pouvoir d’achat nécessaire pour partir en vacances.

Pour autant, ils ne comptent pas se serrer la ceinture cet été. Seuls 8% de nos compatriotes envisagent d’annuler les vacances et 14% de réduire leur budget dédié à cet effet en changeant de lieu, de type de logement ou en supprimant des activités. Le budget restauration en vacances ne fera pas non plus les frais de l’inflation puisque seuls 7% des Français assurent qu’ils réaliseront des achats alimentaires avant leur départ afin de réaliser des économies.

Les vacances seront donc, pour la majorité des Français, une parenthèse au cours de laquelle ils comptent moins calculer. En dehors de ce moment, ils continueront cependant d’être prudents, en réduisant leurs dépenses du quotidien en chassant les promotions (32%) en comparant les prix (40%).

Pour preuve de leur inquiétude, si les Français disposaient de 500 euros de pouvoir d’achat supplémentaires, ils ne les consacreraient qu’en minorité aux achats plaisirs, selon Bonial. Ainsi sur ces 500 euros mensuels, 195 iraient dans les dépenses contraintes et achats de nécessité, 186 vers l’épargne et seulement 119 euros (24% du total) dans une dépense plaisir (restaurant, produit culturel ou high-tech, cosmétique ou de déco).

*Enquête réalisée 1es et 2 juin 2022 par OpinionWay auprès d’un échantillon représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus de 1039 personnes.

Frédéric Bianchi



Lire la suite
www.bfmtv.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.