fbpx

L’intelligentsia – AgoraVox le mdia citoyen


JPEG

 

Chaque pays possède son élite auto proclamée qui se rassemble sous le label L’intelligentsia.

 

L’intelligentsia de chaque pays possède un sentiment d’appartenance à l’intelligentsia mondiale.

 

L’intelligentsia décrète ce qui est bien et ce qui est mal.

Bien entendu l’intelligentsia est sustentée par la ville alors que nos ancêtres eux louaient « le bon sens paysan ».

 

Ainsi l’intelligentsia urbaine se présente comme le phare de l’humanité tout entière.

 

Il y a des années l’intelligentsia était blanche et les ploucs de couleurs.

 

Pour sûr, l’intelligentsia n’est pas égoïste, elle s’emploie donc à diffuser ses choix, devenus des évidences. Quiconque ne pense pas dans le même sens devient un paria.

 

Pour l’intelligentsia, le peuple est composé de « ploucs » qui doivent être guidés dans tous les actes de la vie.

 

 – Dans la santé avec un cahier des charges bien rempli. (Révisions annuelles, protocoles généralisés, obligations alimentaires, obligations concernant l’entretien du corps, etc.). Et, tant pis pour le fait que, chacun étant différent, il vaut mieux soigner un malade qu’une maladie.

 

 – Dans la nourriture. (Restrictions sur le pain, la viande, le sel, le sucre, etc.) Et, tant pis pour le fait que, chacun étant différent, manger ce que l’on aime (avec modération) est un des grands plaisirs de la vie.

 

 – Dans la consommation. (Eau, chauffage, énergie, etc.) Et, tant pis pour le fait que, chacun étant différent, on peut être frileux ou très résistant aux écarts de température.

 

 – Dans l’activité professionnelle. (Ne pas dépasser 35 heures par semaines avec 5 semaines de congés annuels, etc.) Et, tant pis pour le fait que, chacun étant différent, beaucoup heureusement aiment leur activité professionnelle. Et, tant pis aussi pour le fait que le télé travail ne se soit développé qu’à partir du Coronavirus, alors que ce télétravail est une source d’économie et de bien être considérable. (nombre de bureaux construits et entretenus, consommation énorme d’énergie pour les déplacements, temps et fatigue économisée considérable).

 

 – Dans l’habitat. (Réduire sa température de bien-être, habiter dans du collectif vertical, règles innombrables dans les détails, etc.) Et, tant pis pour le fait que, chacun étant différent, l’habitat individuel favorise la responsabilité de ses occupants et les incite, par exemple, à réaliser des économies d’énergie. Et, tant pis également pour le fait que la « ventilation mécanique obligatoire » est un gouffre pour les déperditions énergétiques.

 

 – Dans les déplacements. (Bénis soient les vélos et les voitures électriques et les transports en commun même si parfois ils ne transportent que le chauffeur, etc.) Et, tant pis pour les déplacements qui pourraient être évités par le télétravail.

 

 

Alors vous me permettrez, cher lecteur, à moi qui suis un plouc de vous dire combien je suis heureux de voir ma famille s’épanouir grâce à la nature qui est une richesse inouïe et que seule la campagne permet de découvrir.

 

Aujourd’hui nous disposons de vidéastes opiniâtres et de grands talents qui nous offrent le monde animal dans toute sa profondeur. Le bonheur simple de ces animaux doit être un modèle pour nous, un bonheur d’ailleurs très proche de celui de Monsieur de Cro-Magnon et de ses collègues.

 

Dans quelques années, sûrement, de nouveaux vidéastes s’intéresseront au monde végétal et nous montrerons que la vie des plantes, qui vivent en silence, (du moins pour notre oreille), et qui ne disposent que de peu de moyens, est d’une richesse impressionnante.

 

Alors mesdames et messieurs, et les autres suivant la mode actuelle de la ville, par pitié, laissez-nous nos maisons, laissez-nous vivre en liberté chacun à notre façon, ne nous confectionnez pas une vie totalement encadrée, ne nous installez pas dans de grands immeubles même avec un peu de végétation artificiellement installée au pied, ne nous dictez pas ce que nous devons manger ou boire, notre système médical est devenu une suite de protocoles et comme pour les autos nous devons passer des révisions de contrôle à échéances régulières ; laissez-nous imaginer les mystères célestes plutôt que de nous expliquer que l’intelligence humaine adossée à des techniques toujours plus performantes vont nous permettre de devenir les maîtres du monde ; laissez nous nos dieux créateurs plutôt que de nous faire naître d’un « trou noir » au passage une expression qui ne reprend rien de scientifique ; laissez le climat se développer comme il l’a toujours fait sans votre aide, sans l’aide de nos peuples de terriens.

 

La grande question pour un humain et ce depuis toujours est : que se passera-t-il pour nous après notre mort ? Bien sûr il n’existe pas de réponse scientifique à cela mais l’autre question est : Jusqu’à quand l’humanité entière vivra ? Pas plus de réponse !

 

Alors, face à ces incertitudes, je demande à notre intelligentsia de rester muette et de nous laisser vivre à l’échelle de notre temps comme nos collègues animaux qui se contentent d’organiser leur vie au mieux des possibilités dont ils disposent.

 





Lire la suite
www.agoravox.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.