fbpx

Après des embouteillages importants, la circulation routière revient à la normale au port de Douvres



Après des embouteillages importants, la circulation routière revient à la normale au port de Douvres

Selon le port de Douvres, au sud-est de l’Angleterre, les vacanciers ont pu reprendre la route ce dimanche matin.

La circulation routière au port britannique de Douvres est revenue à la normale ce dimanche et le retard accumulé en raison des embouteillages imputés à un manque de personnel de la police aux frontières française a été résorbé, a annoncé le port.

« Le retard de passagers tourisme généré vendredi a à présent été comblé et les vacanciers de samedi ont pu prendre la route », a déclaré le port de Douvres, au sud-est de l’Angleterre, dans un communiqué.

Jusqu’à présent, lors de ce week-end de grands départ en vacances pour les Britanniques, pour la première année sans restrictions de déplacements depuis le début de la pandémie de Covid-19, 72.000 passagers sont passés par le port, qui représente pour le trafic routier l’un des principaux points d’accès au continent, avec le tunnel sous la Manche.

Retour à la normale ce dimanche

Voulant rassurer les usagers, le port estime avoir montré que « son plan pour l’été fonctionnera pour le reste de la période des vacances », « comme il l’a fait en absorbant des volumes énorme de trafic tourisme et fret pour revenir à la normale dimanche matin aux premières heures ».

Des difficultés sont en revanche signalées en direction de la côte sur l’autoroute M20, où des milliers de camions sont stockés dans le cadre d’un dispositif destiné à prévenir la congestion à la frontière.

Le tunnel sous la Manche signalait ce dimanche matin des retards, avec un délai d’une heure et demie entre l’enregistrement et l’embarquement dans les navettes.

Manque de main-d’oeuvre à la frontière

Vendredi, nombre de vacanciers sont restés coincés pendant des heures avant de pouvoir accéder au port, en raison selon les autorités britanniques d’un manque de personnel de la police française aux frontières pour contrôler les passeports.

Côté français, le préfet de la région Hauts-de-France Georges-François Leclerc a concédé un retard d’environ une heure vendredi matin dans la pleine mise en oeuvre du dispositif prévu, mais a exprimé des doutes quant au fait que ce retard, imputé à des incidents imprévisibles, suffise à expliquer l’ampleur des perturbations.

« Qui peut croire que parce que les renforts français ont une heure de retard, c’est tout un système qui déraille ? », s’est-il interrogé samedi.

Pointée du doigt, la France réplique

À l’instar d’autres acteurs, responsables syndicaux ou portuaires, il a souligné le rôle du Brexit dans les perturbations, une explication écartée par Londres. Dans un tweet samedi soir, la ministre britannique des Affaires étrangères Liz Truss, en campagne pour succéder au Premier ministre Boris Johnson, a indiqué avoir expliqué à son homologue française Catherine Colonna que « les autorités françaises n’ont pas mis assez de gens à la frontière ».

« Bonne conversation avec [Liz Truss] sur les difficultés de circulation près de Douvres. Nous avons salué la coopération entre services techniques compétents pour résorber les retards. Nécessité aussi d’améliorer les installations du port de Douvres », a quant à elle écrit la ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonna.

De son côté, Clément Beaune a souligné samedi en fin de journée que « les autorités françaises [étaient] mobilisées pour contrôler [les] frontières et faciliter le trafic autant que possible ». « Mais la France n’est pas responsable du Brexit », a-t-il tancé.



Lire la suite
www.bfmtv.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.