fbpx

L’engouement des salariés européens pour le télétravail en train de s’essouffler?



L'engouement des salariés européens pour le télétravail en train de s'essouffler?

Selon une étude d’Allianz Trade, le télétravail a de moins en moins la cote auprès des salariés européens.

Le télétravail déjà en perte de vitesse? Selon une enquête réalisée par Allianz Trade*, une forme de lassitude commence à poindre parmi les salariés européens ayant pris l’habitude de travailler à domicile depuis la pandémie de Covid-19.

La tendance s’observe surtout outre-Rhin où 20% des salariés allemands souhaitent que leur semaine de travail s’organise principalement autour du télétravail, en baisse de 5 points sur un an. Les Italiens sont aussi moins nombreux à plébisciter le travail à la maison (15%, contre 16% en 2021). En revanche, davantage de Français s’y montrent favorables par rapport à l’année dernière (12%, contre 10%).

« Prise de conscience »

Parmi les avantages du télétravail, une majorité de salariés européens citent la suppression des déplacements domicile-travail et la flexibilité du temps. Mais les répondants reconnaissent également que le télétravail n’est pas la panacée.

« Contrairement aux avantages –pour lesquels les perceptions n’ont guère changé- la proportion de répondants citant les limites (du télétravail) a doublé: les deux années d’expérience de télétravail ont aiguisé la prise de conscience des individus », relève Allianz Trade.

Sont notamment cités le manque d’interaction sociale (29% des hommes, 27% des femmes), la frontière floue entre vie privée et vie professionnelle (17% des hommes, 20% des femmes), un espace de travail inadapté (20% des hommes, 18% des femmes), le fait de devoir jongler entre activités domestiques et responsabilités professionnelles (18% des hommes, 20% des femmes) ou encore une productivité réduite (14% des hommes, 12% des femmes).

Autrement dit, les salariés ne vivent pas tous le télétravail de la même manière. Ce qui est susceptible de renforcer les inégalités. « Alors que la fin des trajets domicile-travail est un fardeau en moins sur les épaules des travailleurs, le réduction des contacts sociaux au bureau peut entraîner une perte de promotion et d’opportunités d’apprentissage, créant ainsi un fossé d’inégalité encore plus large », explique Allianz Trade.

*Etude réalisée en France, Allemagne et Italie auprès de 1000 salariés.



Lire la suite
www.bfmtv.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.