fbpx

Le mal de l’emploi des moins de 25 ans


Au moment où le bateau de l’économie française prend la mer, ce sont les derniers matelots qu’on embauche, après les avoir laissé attendre un moment sur le quai.

Et à la première tempête, ce sont ceux qui sont poussés à l’eau en premier. Les jeunes constituent la principale variable d’ajustement à la conjoncture, la crise économique liée au Covid-19 l’a une nouvelle fois rappelé.

L’explication tient notamment à la nature de leurs contrats : la majorité (55,8 %) des 15-24 ans en emploi était en contrat précaire (contrat à durée déterminée, intérim, apprentissage…) en 2020, contre « seulement » 12 % des 25-54 ans, et 7,8 % des seniors.

Cette précarité de l’emploi des jeunes ne date pas d’hier, mais ne cesse de s’accentuer. La part des emplois précaires chez les 15-24 ans a progressé de 10,1 points en vingt-cinq ans, contre 3 et 3,8 points pour les classes d’âge qui les précèdent. Après avoir ramé pendant quelques mois, voire quelques années, la plupart des jeunes parviennent à remonter sur le bateau France.

Mais certains ne survivent pas à ces gros vents, et sont condamnés aux navires de fortune tout au long du voyage.

 

Cet article est un extrait du dernier numéro d’Oblik, à commander sur notre site.

Le mal de l’emploi des moins de 25 ans





Lire la suite
www.alternatives-economiques.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.