fbpx

L’effondrement de la dmocratie grecque


Le poids des mots, plus qu’ailleurs, est ici de mise. Démocratie, Grèce, effondrement, trois mots qu’il faut mettre sur la balance de la réalité d’un côté et de la fiction de l’autre. Ici, sans jeu de mots, la réalité dépasse l’ « affliction ».

De nos jours, nous appelons « démocratie » le régime d’un pays où le président est le garant de sa constitution. Pour le cas de la Grèce, la constitution a été piétinée lors de la pseudo-pandémie en rendant la vaccination obligatoire avec une mortalité de 0,2/00. Plus de 1000 soignants sont suspendus de leur fonction depuis plus d’un an, sans salaire ni le droit de travailler dans un autre domaine ! La gestion de la santé publique est catastrophique de manière irréversible dans un degré beaucoup plus grave que les dégâts provoqués par la « pandémie » elle-même. Les malades privés de soins tombent comme des mouches et sont signalés comme morts du covid.

Le premier ministre du parti au pouvoir Kiriakos Mitsotakis, puisque c’est de lui qu’il est question, a été élu avec une majorité absolu, promettant d’annuler la décision de la création d’un état bidon sous le nom de « Macédoine » par le précédant gouvernement.

Cet état a été créé sous la pression des États Unis et de l’Allemagne, par son prédécesseur Alexis Tsipras, chef du parti « syriza » qui signifie : à ras !!!

L’un aussi menteur que l’autre, ont trahit le peuple grec avec des fausses promesses, uniquement pour usurper le pouvoir à des fins personnels. Cela est appelé « corruption »… Rappelons au passage que le parti de Kiriakos Mitsotakis a pour nom – n’ayons pas peur des mots – : « Nouvelle Démocratie » !!! Cela ne s’invente pas au pays où la « DÉMOCRATIE » a vu le jour.

Il faut dire que la « démocratie » est aussi mal menée dans le reste du monde, mais cela vaudrait un autre article.

Il y a trois partis principaux qui se partagent le gâteau – c’est le terme qui convient ici – la « Nouvelle Démocratie », droite conservatrice, « syriza », d’extrême gauche, et « kinal » ex « pasok » gauche traditionnelle.

Le représentant de « kinal » découvre que son téléphone est mis sur écoute. Il dénonce publiquement cet abus et voilà comment le scandale éclate en plein mois d’Août.

Au lieu de démissionner immédiatement, deux jour après Kiriakos Mitsotakis, fait un discours où il nous explique que cet abus est inacceptable et indigne d’une démocratie. Il accepte la démission du responsable Mr Dimitriades, – son neveu – et remplacé par un autre garanti d’une « fiabilité indéfectible » !!! – Notons au passage qu’avec le limogage de son neveu, des milliers de dossiers « secret défense » disparaissent…

La question ici est cruciale : Le Premier Ministre était au courant de cette violation et dans ce cas il est « dangereux », ou il a ignoré et dans ce cas il est encore plus « dangereux ». Dans les deux cas il est inapte à diriger un état et il doit démissionner immédiatement, laissant sa place à un homme compétent.

Après le « water gate » sous Nixon aux États Unis, nous avons ici le : « maxime gate », maxime c’est le Q.G. du premier ministre, juste derrière l’Assemblée Nationale sur la place de « SYNTAGMA » qui signifie : CONSTITUTION.

Depuis trois ans au pouvoir, il avait l’occasion d’unir l’AOZ, la frontière maritime de la Grèce, avec celle de Chypre empêchant ainsi l’accord illégal turco-libyen, il ne l’a pas fait.

Il aurait pu, IL AURAIT DU élargir l’eau territoriale à 12 miles au lieu de 6 actuellement comme cela est le cas dans le monde entier, sauf en Grèce, mettant ainsi la Turquie hors jeu, il ne l’a pas fait.

Le pays compte 65 incendies en 24 heures, en plein mois d’Août, il est impuissant à gérer cette colossale catastrophe qui se répète de plus en plus chaque année.

La Russie avant la crise ukrainienne avait prêté un super avion canadairs qui a réduit drastiquement les dégâts. Il a pris ouvertement parti pour l’Ukraine en livrant des armes contre la Russie, voilà les résultats.

Au moment où les drones et la technologie sont en mesure d’aider les pompiers et la police, pour intervenir rapidement, il confie à sa sœur Alexandra le budget de remplacement des arbres par des aeoliennes polluantes, encombrantes, laides, dangereuse et inefficaces. Bonjour l’écologie pour un défenseur de l’ « énergie verte ».

La Turquie enregistre le terme commercial de « Turc-aegean » jusqu’à 2030, et le gouvernement ne réagit pas pendant 5 mois, période durant laquelle la contestation est possible.

Un marchant des yaourts turc aux États Unis fait un bénéfice de deux milliards et demi en 2022 sous le nom de « yaourt grec ». Pareil indifférence.

La France vend des rafales usés à la Grèce, lorsque l’espace aérien grec est violé des dizaines de fois par jour par l’aviation turque, sans aucune réaction musclée de l’armée grecque avec les meilleurs aviateurs de l’OTAN. Le P.M. phobique et patriote nul, plutôt « apatride » comme tout capitaliste qui se respecte, fait la sourde oreille ignorant la célèbre phrase attribuée à Winston Churchill : « Désormais, on dira plus que les grecs se battent comme des héros, mais que les héros se battent comme des grecs ». Cette phrase est contestée, mais la suivante, avec les menaces turques est d’actualité : « Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre. »

 

Les frontières sont une véritable passoire sur les côtes Est du pays, pendant que plusieurs ONG sont financées par le P.M. et ses acolytes. L’Allemagne avec la crise du gaz russe, refoule les migrants vers la Grèce. On compte plus les violes et les agressions pour des raisons religieuses et sexistes sur le territoire grec, impunies de peur d’être qualifié de « raciste ».

 

Les « hot-spots » prolifèrent avec des milliers des migrants juste à côté des villages de quelques centaines de grecs dans le pays, lorsque les îles de Samos, Lesbos, Chios, Kos sont submergés de migrants qui attendent leur intégration pour remplacer 600.000 jeunes grecs qui sont partis pour échapper à cette monstruosité qui les ignore et qui s’appelle : « NOUVELLE DÉMOCRATIE ».

Pour conclure, allons au fond des choses : La dette de l’Allemagne envers la Grèce après l’échec du 3ème Reich, est supérieure à la dette infligée par le F.M.I., la guerre économique menée par le 4ème Reich à la Grèce. Aucun homme d’état depuis 1945 n’a jamais osé réclamer cette dette envers la Grèce. Ce n’est pas le lieu ici de parler sur quel précipice mène l’Allemagne le « Titanic européen ».

Ce qu’il faut dire ici, est que Tsipras après avoir insulté l’Allemagne et Merkel personnellement pour être élu, il a trahi son peuple et le referendum par lequel la majorité refusait l’emprunt illégal et criminel du F.M.I.. Obéissant comme un petit toutou, – c’est ainsi que les caricatures de la presse le représentaient,- il passe encore aux yeux des milliers de ses fidèles crétinisés et vendus pour un « homme politique » après tant de trahisons.

Merkel a un « toutou » de remplacement dans le cas où une partie du peuple grec réalise la supercherie et se réveille, c’est Kiriakos Mitsotakis, arrivé par fraude à la tête de son parti et en suite au pouvoir en promettant de briser l’accord sur la Macédoine. Lui-même et sa famille défilent à la tête du cortège en faveur de « la Macédoine est une et Grecque ». Une fois élu il accepte des conditions dégradante pour l’état grec, pressé par l’Allemagne et les Etats Unis. En fin, la mise à l’écoute de Androulakis élu à la tête du parti socialiste « kinal » correspond à la peur de l’alliance de deux partis de gauche contre lui, sans lui.

Il faut préciser que Kiriakos Mitsotakis, il se fait photographier sur son bureau avec sa « bible » à sa gauche : « la quatrième révolution industrielle » de Klaus Schwab, avec tout ce qu’il expose explicitement : destructions des états, des nations, des peuples et le remplacement de l’homme par des robots. Le « NOUVEL ORDRE MONDIAL » : Un gouvernement unique : Une « élite », en réalité une clique de prédateurs assise sur une masse d’esclaves heureux. « Vous n’aurez rien et vous serez heureux ».

L’espoir de la Grèce éveillée est la formation d’un procès populaire – la justice est muselée par le pouvoir autarcique du P.M. – qui conduira toute cette classe d’élite corrompue en prison. L’effondrement de la « nouvelle démocratie » annoncera peut-être la venue d’une démocratie plus digne de l’histoire du peuple grec.

Nous avons eu par le passé l’exemple des 300 spartiates tombés en 480 a.C. pour la liberté aux Thermopyles. Nous avons aujourd’hui la honte des 300 voleurs : Voleurs de la fierté d’un peuple.  

JPEG





Lire la suite
www.agoravox.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.