fbpx

Le retour au pouvoir de Benyamin Netanyahou aprs sa nouvelle victoire


« C’est un devoir et un grand honneur de pouvoir voter (…). J’espère que nous terminerons cette journée par un grand sourire. » (Benyamin Netanyahou, le 1er novembre 2022 à Jérusalem).


Le retour au pouvoir de Benyamin Netanyahou aprs sa nouvelle victoire

A-t-il la baraka ? Est-il insubmersible ? En tout cas, à 73 ans et avec quelques casseroles judiciaires, l’ancien Premier Ministre israélien Benyamin Netanyahou revient de loin car il vient de gagner (sans surprise) les nouvelles élections législatives du mardi 1er novembre 2022. Il menait une nouvelle fois sa coalition de droite habituelle autour de son parti le Likoud, avec quelques partis religieux ou d’extrême droite, et cette coalition a gagné, et pour un pays comme Israël, a gagné très franchement en obtenant la majorité absolue.

Comme la victoire de la coalition de la Première Ministre italienne Giorgia Meloni qui bénéficie elle aussi d’une majorité absolue, Israël comme l’Italie, au scrutin électoral ultraproportionnel, à la classe politique très éclatée, les majorités absolues sont très rares dans l’histoire d’après-guerre de ces deux pays démocratiques.

Ces élections, encore anticipées, qui ont désigné les 120 députés de la 25e Knesset (Israël est un régime parlementaire monocaméral), sont les cinquièmes en quatre ans ! A priori, elles auraient dû avoir lieu le 31 octobre 2025, mais la coalition qui a réussi à former un gouvernement issu des élections législatives du 23 mars 2021 a éclaté au début de l’été 2022.

Alors que Benyamin Netanyahou était à la tête du gouvernement depuis 2009, une coalition centriste a réussi à se former pour renverser le Likoud pourtant le parti le plus important de l’assemblée. Elle s’était basée sur l’alliance de deux principaux partis, celui de Yaïr Lapid, le parti Yesh Atid, arrivé en deuxième position, et de Yamina, le parti de Naftali Bennett, qui ont réussi le 2 juin 2021 à rassembler d’autres petits partis pour obtenir une majorité de 60 députés sur 120 avec une opposition de 59 députés lors du vote de confiance. Selon leur accord, Naftali Bennett est devenu Premier Ministre le 13 juin 2021 et Yaïr Lapid Ministre des Affaires étrangères, et leurs fonctions devaient permuter au bout de deux ans, à mi-mandat. Avec Benny Gantz, Vice-Premier Ministre, qui devait rester le Ministre de la Défense qu’il était depuis le 17 mai 2020 sous Netanyahou.

_yartiNetanyahou2022A04

Benyamin Netanyahou a tout fait pour éviter cette coalition, en particulier en proposant à son ancien rival Benny Gantz (le général centriste) de démissionner immédiatement pour prendre la tête du gouvernement pendant trois ans (c’était ce qui avait été prévu avant les élections de mars 2021). Toutefois, cette coalition derrière Bennett et Lapid restait très fragile, et elle a éclaté avec la démission d’un député le 13 juin 2022. Le Likoud a alors déposé une motion de censure le 22 juin 2022, motion qui avait une forte probabilité d’être alors adoptée. Mais Bennett et Lapid ont décidé de réagir plus rapidement en proposant la dissolution de la Knesset et l’organisation de nouvelles élections dès l’automne 2022. La motion de dissolution a été adoptée définitivement le 30 juin 2022. Naftali Bennett a alors annoncé sa démission et son retrait de la vie politique, cédant le poste de Premier Ministre le 1er juillet 2022 à Yaïr Lapid chargé d’assurer l’intérim jusqu’à l’issue des nouvelles élections. Quant à Ayeled Shaked, elle a succédé à Naftali Bennett à la tête du parti Yamina (et par ailleurs, elle est Ministre de l’Intérieur depuis le 13 juin 2021).

Ces élections législatives de mardi ont donc changé radicalement la donne puisque, pour la première fois, une coalition formée avant les élections a obtenu la majorité absolue des sièges. Certes, la classe politique est encore relativement éclatée, mais le corps électoral s’est polarisé autour des deux grands pôles des deux coalitions en compétition, le Likoud qui a obtenu 23,4% des voix et 32 sièges (soit +3 par rapport à précédemment), et Yesh Atid qui a obtenu 17,8% des voix et 24 sièges (soit +7).

Les alliés de Benyamin Netanyahou ont aussi eu des gains non négligeables : le Parti sioniste religieux, avec 10,8% des voix, a eu 14 sièges (soit +7) ; Shas, avec 8,2% des voix, a eu 11 sièges (soit +2) ; enfin, le dernier allié, Judaïsme unifié de la Torah, avec 5,9% des voix, a obtenu 7 sièges (comme précédemment). Au total, cette coalition menée par le Likoud bénéficie en principe de 64 sièges sur 120, soit une majorité de 3 députés. J’écris « en principe » car effectivement, les gouvernements israéliens sont souvent soutenus par des majorités de manière très serrée et la défection d’un ou deux ou trois députés suffit pour les renverser au cours de la législature, c’est ce qui s’est passé en juin 2022. La différence, c’est que cette coalition majoritaire est basée sur un accord devant les électeurs avant le vote populaire, et pas par des négociations après les élections. Cette coalition est déjà ancienne, mais Benyamin Netanyahou avait déjà eu des difficultés à certains partis de sa coalition sur des sujets très spécifiques (les colonies, la religion, etc.), ce qui avait entraîné des élections sans majorité à répétition.

Principal allié de Yaïr Lapid, le parti de Benny Gantz (le Parti de l’unité nationale), avec 9,1% des voix, a perdu 2 sièges avec 12 députés élus. Il est probable que Benyamin Netanyahou lui proposera de rester au gouvernement et de conforter sa majorité avec ses 12 sièges supplémentaire, le mettant à l’abri de défections individuelles et des « caprices » des ultra-orthodoxes (ce qui ferait alors une majorité de 76 sièges sur 120).

_yartiNetanyahou2022A02

De même, d’autres petits partis issus du gouvernement sortant ont fait d’énormes pertes voire se sont effondrés, c’est le cas du parti travailliste (3,7%) qui a perdu la moitié de ses effectifs avec 4 sièges (soit -3), et de Meretz (3,16%) qui a perdu la totalité de ses 6 sièges sortants à 4 000 voix près (le seuil pour avoir des sièges est 3,25%). C’est le cas aussi de Balad (2,9%) qui a perdu son unique siège. L’échec de la coalition sortante provient principalement à l’émiettement des partis qui la composent ainsi que de fortes divisions internes. Ces pertes de sièges ont mécaniquement renforcé la représentation du Likoud et de ses alliés.

Le Premier Ministre Yaïr Lapid a téléphoné le 3 novembre 2022 à Benyamin Netanyahou pour reconnaître sa défaite et préparer la transition. Pour ce dernier, c’est une divine surprise, un retour en grâce alors que tout allait contre lui : les affaires judiciaires sérieuses, l’usure du pouvoir (quinze ans à la tête du gouvernement israélien dont douze sans discontinuité entre 2009 et 2021, ce qui constitue déjà un record de longévité qui va encore être renforcé pour l’avenir), et enfin l’âge, 73 ans étant plutôt un âge où l’on prend sa retraite. Deux jours avant lui, Lula, au Brésil, faisait également un come-back électoral étonnant à l’âge de 77 ans.

Ce jeudi 3 novembre 2022, la commission électorale centrale avait dépouillé 89% des bulletins de vote, soit plus de 4 millions. Il a fallu deux jours pour avoir la confirmation de la tendance que les sondages prédisaient avant même le scrutin, une victoire assez large de Benyamin Netanyahou qui souhaiterait l’installation rapide de la nouvelle Knesset (il la souhaiterait pour le 15 novembre 2022). Quant au Président de l’État Isaac Herzog, élu l’an dernier pour sept ans, il a jusqu’au 16 novembre 2022 pour désigner le député élu mardi pour former le nouveau gouvernement. Vu les résultats et la configuration politique, il ne fait aucun doute que ce député s’appelle Benyamin Netanyahou. Il aura alors vingt-huit jours pour composer son gouvernement et obtenir un vote de confiance à la Knesset.

Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (04 novembre 2022)
http://www.rakotoarison.eu

Pour aller plus loin :
Le retour au pouvoir de Benjamin Netanyahou après sa nouvelle victoire.
Emmanuel Macron à Pithiviers en 2022.
Covid-19 : comprendre la situation épidémique en Israël.
Covid-19 : la France plus vaccinée qu’Israël.
Naftali Bennett, Premier Ministre d’Israël à la place de Benyamin Netanyahou.
Israël 2020 : Benyamin Netanyahou vs Benny Gantz (3e round).
Benyamin Netanyahou a 70 ans.
Les élections législatives israéliennes du 17 septembre 2019.
Poisons et délices de la proportionnelle.
Les enjeux des élections législatives israéliennes du 9 avril 2019.
Golda Meir.
La lutte contre l’antisémitisme est l’affaire de tous !
Les Accords de Camp David.
La naissance de l’État d’Israël.
Massacre à Gaza.
Tentative de paix en 1996.
Un géant à Jérusalem.
Shimon Peres.
Israël est une démocratie.
Yitzhak Rabin.
Le Président Peres.
Ariel Sharon.
Ehud Olmert.
Benyamin Netanyahou III.
Yasser Arafat.

_yartiNetanyahou2022A01





Lire la suite
www.agoravox.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.