une enquête ouverte sur une entreprise de tests Covid pour revente de données médicales



une enquête ouverte sur une entreprise de tests Covid pour revente de données médicales

Cignpost Diagnostic a indiqué vouloir revendre des extraits d’ADN de ses patients dans un objectif de recherches médicales, sans toutefois en informer clairement ces derniers. La Commission des données personnelles britannique a ouvert une enquête.

L’Information Commissioner’s Office (ICO), gendarme des données personnelles en Grande-Bretagne, a ouvert une enquête le 14 novembre,sur une entreprise qui réalise des tests Covid. Selon le journal britannique Sunday Times, cette dernière a en effet indiqué son souhait de revendre des extraits d’ADN de ses patients à des entreprises tierces, sans les en informer clairement.

Cignpost Diagnostics, l’entreprise en question, a été approuvée par le gouvernement cette année pour procéder à des tests de détection du Covid-19. Son souhait de vendre ces données médicales a, selon ses mots, un objectif « d’apprentissage sur la santé humaine ».

Cependant, aucun patient ayant eu recours à ces tests n’a été informé de la revente de ses données personnelles, même dans le cadre de recherches médicales par des universités ou des entreprises privées. En guise de consentement, les patients devaient accepter ou non la « politique vie privée » de l’entreprise, explicité dans un document de plus de 4000 mots, et qui contiendrait des informations sur ce programme de recherches, selon les faits rapportés par leTimes.

Plus de trois millions de tests réalisés

Cignpost Diagnostics aurait réalisé, depuis sa création en juin dernier, plus de trois millions de tests Covid. Pour l’heure, le nombre de données médicales vendues est inconnu de la Commission. Depuis la demande de cette dernière, l’entreprise a retiré de son règlement toutes les mentions à ce programme de recherches.

« Il n’y a pas de données personnelles plus sensibles que notre ADN. Les personnes doivent être informées de ce qu’il en advient de façon claire, transparente et honnête, afin de pouvoir prendre des décisions éclairées à ce sujet », a affirmé Steve Wood, commissaire adjoint de l’ICO auprès du quotidien anglais Daily Mail.

L’entreprise propose des tests parmi les moins chers du marché britannique. En septembre, elle s’est associée à d’autres entreprises similaires pour créer le LTIO, une association prônant des procédures de tests « de confiance » rapides et peu coûteux.



Lire la suite
www.bfmtv.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *