fbpx

La startup Bymov se rêve en Tiktok de la seconde main


L’application Bymov permet aux utilisateurs de vendre directement vêtements et acessoires. La startup tricolore reprend les principaux codes des réseaux sociaux afin de devenir « LE » réseau social de la mode de seconde main.

Une musique entraînante, quelques mouvements et vous. Ces trois éléments doivent suffire à vendre ce t-shirt ou cette robe dont vous vous lassez. C’est en tout cas la promesse de Bymov.

Créée en 2019, cette start-up française a développé une application vidéo de vente de vêtements et accessoires de seconde main, à destination des particuliers. Ou quand TikTok et les réels Instagram rencontrent la tendance mode éco-responsable. Pour le fondateur et PDG de l’application, Farid Sayad, l’objectif est de “surfer sur ces deux tendances en pleine croissance”.

Interface de Bymov, application vidéo de seconde main
Interface de Bymov, application vidéo de seconde main © Farid Sayad, PDG de Bymov

Le format vidéo “entré dans les moeurs”

Pour “surfer” sur l’explosion du format vidéo sur les réseaux sociaux, Bymov entend développer sa nouvelle version en reprenant les mêmes fonctionnalités que TikTok, comme la possibilité de mettre un compte à rebours, un accompagnement musical ou un fil d’actualité. Mais contrairement à TikTok ou Instagram, toutes les vidéos sont ici dédiées à la vente.

“La nouvelle version sera une sorte de réseau social de seconde main. L’objectif sera avant tout de vendre ses vêtements et de pousser les utilisateurs à se mettre en avant avec leurs articles, un peu comme une sorte de ‘pitch’”, raconte Farid Sayad.

L’ADN vidéo de Bymov s’inscrit dans les usages quotidiens de la génération Y-Z depuis la pandémie de Covid-19. Pour Adrien Dufrene, directeur des Ventes Retail à Netino by Webhelp, agence spécialisée dans l’expérience utilisateur, “faire des petites vidéos est profondément entré dans les mœurs pour ces générations, notamment avec Snapchat, TikTok et Instagram”.

Or, ces générations, pourvues d’une excellente culture digitale, vont rapidement entrer sur le marché du travail et donc gagner en pouvoir d’achat. Selon une étude du cabinet de conseil Accenture, 62% des dépenses mondiales sur les médias sociaux devraient être effectuées par les millenials et la génération Z d’ici 2025.

Bymov flirte aussi avec le succès grandissant de la mode écoresponsable chez les jeunes. Selon un sondage de l’application sociale Yubo, 42% des jeunes de la génération Z ont affirmé acheter des vêtements durables ou d’occasion et 44% ont déclaré faire régulièrement du shopping en friperie.

“On est dans un modèle de consommation qui change totalement, ce n’est pas anecdotique, on est vraiment dans ce qui va advenir. Bymov s’inscrit dans la suite du marché, commente Adrien Dufrene. Ensuite, tout l’enjeu pour cette start-up sera d’arriver à être leader dans le domaine”.

“Vinted, Vestiaire Collective ne peuvent pas se positionner sur la vidéo »

Un leader qui pourrait à terme intéresser les GAFA? Bymov bénéficie de l’écosystème développé par les géants Apple ou Google, avec l’existence d’Apple Store, Google Store ou encore avec les ventes de smartphones nécessaires pour l’utilisation des applications. Ces derniers pourraient être tentés d’investir dans un outil qui manque à leur offre.

“Si ça fonctionne, il est tout à fait possible qu’il y ait une offre de rachat, en général, quand ils voient qu’une entité maîtrise mieux une technologie qu’eux, c’est ce qu’il se passe”, précise Adrien Dufrene. Pour Farid Sayad, il est difficile pour les géants du numérique et pour les leaders de la vente de seconde main d’adopter directement et uniquement le format vidéo. Il existerait une “barrière comportementale” rendant difficile l’adoption d’un format de plus dans les marketplaces et les applications déjà existantes.

“Vinted, Vestiaire Collective, etc… ne peuvent pas se positionner sur la vidéo, on s’est rendus compte que certaines marketplaces avaient essayé d’intégrer de la vidéo mais jamais aucun utilisateur n’a pu réellement poster. Si vous voulez mettre de la vidéo, il faut absolument enlever l’image”, affirme-t-il.

Comportementale, la barrière serait aussi technique. “Plus la structure technique d’une application est importante, plus il devient difficile d’intégrer de nouveaux formats, poursuit Adrien Dufrene.Les consommateurs font généralement plus confiance à un spécialiste pour ce genre de chose-là. A partir du moment où le bouche-à-oreille fonctionne, le consommateur ne va pas se rendre sur d’autres applications ».

Les options shopping présentes Instagram et TikTok restent avant tout des fonctionnalités « à part » et souvent dédiées aux professionnels, comme TikTok Shopping. Bymov se veut lui beaucoup plus universel, accessible à tous les vendeurs ravis de se débarrasser des trésors de leurs placards.

Deux levées de fonds cette année
Avec 45.000 utilisateurs, la jeune pousse française a bénéficié en avril dernier d’une levée de fonds de 420.000 euros auprès de Perpetua Investment Group pour sa prochaine étape de développement. Si le succès est au rendez-vous lors de la prochaine version de l’application en juillet 2022, Bymov obtiendra une seconde levée de fonds du même investisseur, cette fois de 4,6 millions d’euros. Les objectifs avancés par la startup sont élévés: le fondateur espère atteindre les 200.000 utilisateurs dans un an pour arriver à environ 2 millions d’utilisateurs en 2024.



Lire la suite
www.bfmtv.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.